Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme de l’Etat

Marylise Lebranchu s’attaque à la RGPP sur le terrain

Publié le 26/07/2012 • Par avec l'AFP Caroline Garcia • dans : A la une, France

La ministre de la Réforme de l’Etat, de la décentralisation et de la fonction publique a rendu visite aux services de la Dreal et du conseil régional, jeudi 26 juillet 2012 à Marseille. Objectif : rassurer les fonctionnaires et pointer d’ores et déjà quelques limites de la RGPP. Elle a également estimé qu'il fallait "repousser les élections départementales et régionales".

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Redonner du sens à l’action de l’Etat », « s’appuyer sur les territoires », « ne pas ‘insécuriser’ les fonctionnaires », Marylise Lebranchu, en visite à Marseille, a mis toute son énergie à démontrer que le gouvernement entendait respecter les services déconcentrés et décentralisés.

Après Saint-Etienne, la ministre de la Réforme de l’Etat, de la décentralisation et de la fonction publique effectuait, le 26 juillet, sa deuxième étape d’une tournée consacrée à la mesure sur le terrain des effets de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) et de la Réforme de l’administration territoriale de l’Etat (Reate).

Manque d’accompagnement des agents – Au-delà des formules minutieusement choisies pour rompre avec le précédent gouvernement, Marylise Lebranchu, qui rencontrait à Marseille les agents et directeurs de la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) et ceux du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, a donc surtout critiqué la méthode, sans remettre en cause le fond.
« Je ne conteste pas la création des directions départementales des territoires et de la mer (DDTM) et des Dreal, car nous défendons leur caractère interministériel et la mutualisation nécessaire des moyens disponibles, a soutenu la ministre, déplorant le manque d’accompagnement des agents dans ces changements. L’Etat a conduit des restructurations sans y affecter les moyens nécessaires ».

Sans s’avancer sur les conclusions du rapport sur le bilan de la RGPP, attendu le 25 septembre 2012, la ministre a insisté sur la défaillance de l’Etat dans ses missions de contrôle, citant les soucis d’organisation et d’effectifs que rencontrent les services vétérinaires ou ceux de la répression des fraudes.

Elle a également déploré le fait que l’on ait « confondu outil numérique et modernité dans l’administration », considérant que le service public doit être présent auprès des populations.

« Privatiser les services n’est pas une solution » – Marylise Lebranchu s’est montrée par ailleurs déterminée à limiter le recours systématique à l’externalisation des missions de l’Etat, assurant que « privatiser les services n’est pas une solution ».

La ministre a enfin évoqué « le problème de la métropole marseillaise » : « Nous avons de grandes métropoles européennes en France dont Lyon et Marseille. Elles ont besoin de se structurer. Si cela vient des élus, ce sera formidable, mais sinon, l’Etat devra intervenir. »

La prochaine étape de cette série de visites de terrains est prévue en Lorraine.

« Repousser les élections départementales et régionales » 

La ministre a également affirmé qu’il fallait « repousser les élections départementales et régionales », tandis que les municipales auraient bien lieu en 2014. « Il n’y a aucune raison de reporter les élections municipales », a dit Marylise Lebranchu. « En revanche, compte tenu du fait que nous allons abroger définitivement le conseiller territorial à la rentrée (..), il faut repousser les élections départementales et régionales », a-t-elle ajouté. Pour les « régionales, ça sera le même scrutin qu’avant (à la proportionnelle), donc il n’y a pas de souci, mais pour les élections départementales, tout est à refaire puisque les cantons n’existent plus en tant que tel et qu’il faut donc réfléchir à un nouveau mode d’élection pour les départements », a dit Mme Lebranchu. « On ne refera pas ce qui existait avant. (..) Ce ne serait pas moderne et surtout ce ne serait pas efficace ». « On attendra le résultat des Etats généraux de la démocratie territoriale que tient le Sénat les 4 et 5 octobre pour pouvoir ensuite avancer assez vite sur le mode de scrutin », a précisé la ministre.
Dans son discours de politique générale, le 3 juillet, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait déjà annoncé une modification du mode de scrutin des conseillers généraux qui irait « de pair avec un nouveau calendrier des élections cantonales et régionales ». « Le report à 2015 des cantonales et régionales sera fort à propos », avait également jugé mi-juillet le sénateur Yves Krattinger (PS), à la manoeuvre pour l’organisation des Etats généraux de la démocratie territoriale, qui doivent contribuer à une nouvelle étape de la décentralisation.

Cet article est en relation avec les dossiers

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Marylise Lebranchu s’attaque à la RGPP sur le terrain

Votre e-mail ne sera pas publié

ael1309

27/07/2012 05h49

Je pensais qu’un ministre de gauche tiendrait ses promesses. Dans sa lettre du 3 juillet la Ministre Madame Marylise LEBRANCHU informait les rédacteurs territoriaux que les décrets concernant le NES de la réforme de la catégorie B seraient publiés dans les 3 semaines. A ce jour toujours rien pour qu’ils soient applicables au 1er août il faut qu’ils soient signés avant le 31 juillet 2012

Agent Territorial Girondin

31/07/2012 06h18

Tout d’abord tous nos dirigeants pensent à eux et au maintien et à la façon de prolonger leur manadt.
De nombreuses promesses sont déjà passées à la trappe et même s’il prèche pour sa paroisse dans son courrier l’administrateur Jacques Marsaud dit que la Territoriale est discriminée cela est bien vrai !
Quand on est dans la Terriroriale notre avancement est fait par les cadres qui sont à la botte des politiques qui sont maires ou présidents et par conséquent il n’ y a qu’un seul décideur et maintenant pire encore on veut nous enlever la notation pour une évaluation et avec cela appliquer la modulation du régime indemnitaire…à la baisse bien entendu.La baisse de clui ou celle qui aura perdu de la prime devant servir à augmenetr le plus méritant.
Déjà que ces primes sont là pour nous permettre d’avoir un salaire à peine convenable, après un gel du point d’indice depuis juillet 2010, après la mise en place du jour de carence qui reste dans les caisses de la collectivité, voila la nouveauté pour nous mettre à genoux !
Alors si tous les fonctionnaires se relevent en même temps, disent stop et tapent fort du poing sur la table, avant de penser à restreindre nos salaires de façon machiavélique et trouver la solution pour allonger la durée de leur mandat ces chers élus vont peut être se rendre compte qu’ils poussent le bouchon un peu loin !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement