Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

établissements de santé

A Orléans, un éventuel partenariat entre l’hôpital et une clinique crée la polémique

Publié le 10/07/2012 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Régions

Un établissement privé veut rejoindre le futur centre hospitalier contre l’avis des médecins, des personnels et de l’ARS, qui a opposé son véto le 4 juillet 2012.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Obligée de déménager pour rejoindre le regroupement des cliniques privées actuellement en chantier au nord d’Orléans, la clinique de la Présentation veut finalement partir au sud pour rejoindre l’hôpital public.

Des négociations ont en effet été engagées entre le groupe Vitalia, propriétaire de la Présentation et d’une partie d’une autre clinique, et la direction CHRO (centre hospitalier régional d’Orléans).

Equipements chirurgicaux mutualisés – Si le l’accord-cadre négocié par les deux parties le 4 juillet arrivait à son terme, la clinique s’installerait au sein du CHRO avec une entrée particulière mais avec des équipements chirurgicaux mutualisés.

Cette solution soulagerait l’hôpital actuellement en reconstruction avec près de 600 millions d’euros d’investissements et 1 300 lits, ce qui représente le plus important chantier hospitalier français.
Mais ce projet aurait été surdimensionné et 5 des futurs blocs opératoires ne seraient même pas équipés faute de personnel disponible.

Ce partenariat qui n’a pas été concerté suscite une véritable mobilisation des personnels, des médecins et des syndicats pour qui « l’arrivée du privé lucratif signe la fin de la chirurgie publique et de l’accès aux soins des plus démunis ».

Synergies – Pour Christian Le Dorze, président de Vitalia, ce partenariat public-privé (PPP) vise au contraire à « améliorer l’offre de soins au travers de synergies médicales, de moyens et de ressources humaines mutualisés ».

Mais l’agence régionale de santé (ARS) pourrait mettre un terme à ces velléités de rapprochement. Le 4 juillet, son directeur Jacques Laisné a estimé que « ce PPP va à l’encontre du schéma régional d’organisation des soins (Sros). Et l’intégration d’une clinique privée dans un hôpital public uniquement pour des raisons financières n’a jamais fonctionné. Je ne l’autoriserai donc pas. »

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A Orléans, un éventuel partenariat entre l’hôpital et une clinique crée la polémique

Votre e-mail ne sera pas publié

Erratum

11/07/2012 08h59

A-t-il autorisé la construction des 5 blocs opératoire qui seront, a priori, inactif ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement