Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Emprunts toxiques

Saint-Etienne-RBS : la cour d’appel de Paris enfonce le clou

Publié le 10/07/2012 • Par Auteur associé • dans : Billets finances, Opinions

Une nouvelle fois, la justice a refusé de condamner une commune à verser à sa banque les échéances d’un contrat d’échange de conditions d’intérêts (swaps) toxique.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Jean-Louis Vasseur

Avocat à la cour, Cabinet Seban & associés

La collectivité, contestant déjà la validité du contrat devant le juge du fond, estimait ne pas avoir à exécuter un accord dont les conditions de passation lui avaient interdit de mesurer le caractère spéculatif, incompatible avec la gestion municipale et ainsi entaché de nullité. La banque l’a assignée en référé pour obtenir le paiement des échéances. Peine perdue !
Par ordonnance du 24 novembre 2011, le juge a écarté la demande de la banque, considérant justifiée la suspension du versement des échéances du contrat qu’il qualifie de produit spéculatif à haut risque dont la légalité est sérieusement contestée devant le juge du fond.

La banque, ayant interjeté appel de l’ordonnance le 6 décembre 2011, a reçu une réponse encore plus cinglante de la cour d’appel de Paris. Cette dernière lui a, d’abord, reproché un détournement de procédure pour éviter d’avoir à reconnaître l’existence d’une contestation sérieuse du contrat de swap. Puis, elle a confirmé que le contrat, objet d’une contestation sérieuse, n’a donc pas à être exécuté.
La cour précise, surtout, que dès lors que le swap est soumis, après une première période de taux fixe, à un taux variable, sans qu’aucun plafond ne soit prévu, il contrevient à l’interdiction pour les collectivités de souscrire à des contrats spéculatifs.

Mais la juridiction ne s’arrête pas là et ajoute que se trouve soulevée la question des conditions de passation du contrat au regard de cette contrainte légale et de l’obligation de conseil des banques. Autrement dit : pour le juge de l’évidence, les contrats spéculatifs proposés par les banques aux collectivités sont illicites, et mettent en cause la responsabilité de ces établissements bancaires.
On ne doit, naturellement, pas perdre de vue que la décision relève d’une procédure de référé.

Mais comment ne pas y voir un signe encourageant de plus pour les acteurs publics aux prises avec emprunts toxiques et autres contrats de swaps ? D’autant que les juridictions des comptes s’engagent aussi dans une voie semblable.
Déjà, le 31 mai 2012, la chambre régionale des comptes d’Auvergne-Rhône-Alpes, saisie d’une demande d’inscription d’office d’échéances d’emprunts structurés dont une commune, ayant assigné sa banque, refusait également le paiement, a estimé que ces intérêts n’avaient pas le caractère de dépenses obligatoires.

Jean-Louis Vasseur, avocat à la cour, Cabinet Seban & associés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Saint-Etienne-RBS : la cour d’appel de Paris enfonce le clou

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement