Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

DEFICITS PUBLICS

La Cour des comptes somme les collectivités d’accroître leurs efforts

Publié le 02/07/2012 • Par Jacques Paquier • dans : A la une, A la Une finances, Actu experts finances

Didier Migaud, le 6 mai 2010
J. Paquier / La Gazette des communes
L’audit sur les comptes publics, présenté le 2 juillet 2012, préconise la poursuite du gel des dotations sous enveloppe aux collectivités. Il propose la mise en place d’une gouvernance partagée, pour mieux associer le secteur public local à la politique nationale de réduction des dépenses publiques.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Personne n’en doutait, la Cour des comptes l’a confirmé en présentant lundi 2 juillet 2012 son « Rapport sur la situation et les perspectives des finances publiques » : les collectivités territoriales prendront toute leur part à la réduction du déficit. « Le fait que les collectivités territoriales aient des comptes structurellement équilibrés ne saurait les dispenser de participer à l’effort collectif », a fait valoir Didier Migaud. On ne saurait être plus clair.

La Cour préconise, en l’espèce, la poursuite du gel en valeur des 50 milliards d’euros de dotations dites « sous enveloppe ». Les auteurs de ce rapport soulignent que, « contrairement à l’Etat, qui a réduit son personnel, les collectivités ont enregistré une croissance de leurs dépenses hors impact des compétences transférées par ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Références

Situation et perspectives des finances publiques 2012 - Cour des comptes - juillet 2012

Cet article est en relation avec le dossier

4 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La Cour des comptes somme les collectivités d’accroître leurs efforts

Votre e-mail ne sera pas publié

Decrauze

02/07/2012 10h47

Enfin la réalité brute des chiffres débarrassée du tintamarre électoral : une France au bord de l’asphyxie financière sans réaction drastique du pouvoir en place. Voilà des années qu’un candidat laminé aux dernières élections le clame. Chacun va profiter de ses vacances sans y penser, mais la rentrée devra se faire sous les auspices de l’austérité, à moins que la capacité à l’aveuglement persiste. Dans ce cas, notre « engrècement » financier nous sera fatal.
Cf. http://pamphletaire.blogspot.fr/search/label/Crise%20%C3%A9conomique

ugottale

02/07/2012 11h51

les collectivités territoriales ne devraient assumer que des missions
obligatoires prévues par une loi relative à l’ ETAT , aux 8 REGIONS fusionnées avec les départements et aux 2500 CT fusionnées avec les 36500 communes , c’est-à dire par exemple , pas de polices municipales
et pas de missions en CHINE ! pas de subventions aux communes pour l’entretien de leurs VC !
la décentralisation de l’ Education Nationale de 1982 était claire ,
le primaire aux communes , le collège aux départements , le lycée aux régions et le supérieur à l’ ETAT , c’était sans compter avec la désobéissance locale ! exemple : le PCG d’un département à grosse agriculture industrielle obligea les communes à payer leur quote-part de collèges jusqu’en 1997 , soit au bout de la loi de 1982 , quand dans le même temps il donnait une très grosse subvention pour la recherche inutile sur le biocarburant à base de betteraves ! autre exemple : un département encore plus petit , donc plus pauvre , mit l’essentiel de son investissement routier sur une RN , au détriment des moyens nécessaires à l’entretien de ses RD !

Claude D

03/07/2012 09h15

J’espère que les lecteurs de  »lagazette.fr » ne vont pas laisser passer cet article sans réagir. Je vais donc lancer le débat en rappelant les qualificatifs, plus ou moins insultants, dont fût gratifié un candidat aux dernières présidentielles lorsqu’il osât affirmer que les collectivités locales et leurs établissements publics avaient recruté beaucoup trop de personnels et qu’il fallait bloquer les dotations de l’Etat tout en les personnalisant, par exemple en favorisant les collectivités méritantes. Les pistes suggérées par le Président de la Cour des comptes ne divergent pas par rapport à celles énoncées par l’ex candidat. J’attends avec impatience de lire les réactions des élus de gauche. Peut être en verra-t-on un qui osera dire que M. Migaud est un sarkoziste !

Antoine GERMAIN

04/07/2012 01h43

Effectivement le constat de la Cour des comptes est sans appel et démontre que le précédent président de la République avait exposé la situation de façon sincère et transparente aux français.

Les socialistes au (pleins) pouvoir(s) vont-ils enfin prendre conscience de la gravité de la situation et cesser de faire des promesses irréalisables (sauf à mettre en péril la souveraineté de la France) ?

Les campagnes électorales étant finies, les français vont s’apercevoir qu’ils ont voté pour des personnes, leur laissant croire qu’on pourrait se comporter comme des cigales, mais n’ayant d’autres choix que de faire comme les fourmis, sous peine de disparaître.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement