Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

sécurité

Gestion de crise : les collectivités peuvent et doivent mieux faire

Publié le 28/06/2012 • Par Isabelle Verbaere • dans : Actu prévention sécurité

Un rapport sur la gestion de crise en France du Haut comité français pour la défense civile (HCFDC), rendu public le jeudi 28 juin 2012, dénonce l’inertie des maires.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le constat est alarmant ! « De nombreux maires sous-estiment à la fois leurs rôles et leurs responsabilités comme gestionnaires de crise », déplore le Haut comité français pour la défense civile (HCFDC) dans son rapport sur la gestion de crise en France, rendu public le jeudi 28 juin 2012.

Faible nombre de plans communaux de sauvegarde – L’association, qui constitue une plate-forme d’échanges entre l’Etat, les collectivités, les entreprises et les experts sur les questions touchant à la sécurité nationale, s’inquiète notamment du faible nombre de plans communaux de sauvegarde (PCS) mis en place.
« Une véritable campagne de responsabilisation devrait être lancée, ainsi qu’une réelle obligation de réaliser les PCS », note-t-elle.

Le PCS est obligatoire pour toute commune soumise à un risque majeur identifié par un plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPRN) approuvé ou par un plan particulier d’intervention (PPI).
Il est fortement encouragé pour toutes les autres.

La qualité de l’information transmise aux populations est également sur la sellette. « Les documents d’informations communaux sur les risques majeurs (Dicrim) lorsqu’ils existent sont souvent peu complets ou compréhensibles », soulignent les auteurs du rapport.

Dernière preuve du faible degré d’implication des communes, avancée par le HCFDC : le nombre encore très limité de réserve communale de sauvegarde. « Les collectivités pensent toujours pouvoir s’appuyer sur l’Etat en temps de crise, regrette cette institution. Or, si le rôle des services de secours et de sécurité, le rôle du préfet conducteur de crise, ainsi que la solidarité nationale ne font pas de doute, il convient néanmoins de prendre en compte les crises de grande ampleur qui mettraient ces dispositifs sous tension ».

Formation de l’élu dans l’année de sa prise de fonction – Afin de mobiliser davantage les maires, le rapport propose de former tout nouvel élu à la gestion de crise, dans l’année de sa prise de fonction.
« Il pourrait s’agir d’un stage d’une à deux journées pour les maires et principaux adjoints pour les villes de plus de 50 000 habitants, ou d’une e-formation pour les élus des communes de moins de 50 000 habitants. »

Le Haut comité français pour la défense civile propose également que les grandes collectivités s’investissent davantage dans la gestion de crise et surtout la « post crise » afin d’assurer la continuité des services et des activités économiques dans les zones sinistrées.
« A cette fin, il est proposé que chaque conseil général et régional mettent en place une cellule de ‘gestion de crise et de continuité d’activité’ couplée avec une planification ad hoc, suggère le rapport. Une disposition législative sera nécessaire pour rendre ces dispositions obligatoires pour les collectivités ».

Renforcer la communication – Le HCFDC pose enfin le problème des communications en temps de crise. « La plupart des collectivités ne possèdent pas de réseaux leur permettant de rester en contact avec les préfectures si les réseaux fixes et mobiles des opérateurs sont hors service », déplore-t-il.

Et de proposer que les collectivités soient raccordées aux réseaux radio numérisés et interconnectables – l’Infrastructure nationale partageable des transmissions (INPT) – déjà utilisée par les policiers, les gendarmes, 65 Sdis et une vingtaine de Samu.
« Un programme d’études et de faisabilité devrait être lancé au plus vite par la puissance publique pour examiner l’interopérabilité des réseaux civils de sécurité et des réseaux de sécurité nationale, et émettre des recommandations, conclut le HCFDC. Car sans communication durant la crise entre tous les acteurs, il n’y a pas de vraie gestion de crise possible. »

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Gestion de crise : les collectivités peuvent et doivent mieux faire

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement