Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

FORMATION

Premier bilan très mitigé pour le service public de l’orientation

Publié le 26/06/2012 • Par Agathe Vovard • dans : France

Le rapport annuel du Délégué à l’information et à l’orientation (DIO), remis au Premier ministre à la mi-juin 2012, montre un premier bilan très mitigé du service dématérialisé de l’orientation, destiné aux jeunes comme aux adultes.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Inauguré le 6 décembre 2011, il est composé de deux outils : une plateforme téléphonique (0811 70 3939) et un site internet (www.orientation-pour-tous.fr) .

2 700 appels – Depuis sa création (soit en cinq mois), la première n’a reçu que 2 700 appels environ. En décembre dernier, Nadine Morano, alors ministre de la Formation professionnelle, tablait sur un objectif pour 2012 de… 150 à 300 000 appels.

Principale explication selon le DIO : la période de réserve due aux élections. « Le service téléphonique sera très efficace lorsqu’il sera utilisé à plein régime par les usagers après la campagne de communication prévue à l’automne 2012 », estime le Délégué.
« Il conviendra néanmoins d’améliorer les réponses apportées aux demandeurs d’emploi et aux salariés des fonctions publiques », ajoute-t-il.

Concernant le site internet, Jean-Robert Pitte, le Délégué à l’information et à l’orientation, souligne dans une interview au site EducPros.fr « qu’il est national et qu’il serait souhaitable que les régions s’impliquent plus dans les réponses données aux usagers ».

Il est vrai que les régions ont plutôt mis en place des sites internet à l’échelle régionale. Pour elles, c’est justement ce niveau qui est le plus adapté aux questions d’orientation.
« Ce sont les relais locaux qui sont importants, car les jeunes ne sont pas très mobiles », expliquait par exemple en décembre Jean-Paul Denanot, le président de la commission formation de l’Association des régions de France (ARF).

1,3 milliard d’euros – Sur le financement de la politique d’orientation, peu d’informations nouvelles. Le DIO indique seulement qu’un travail a été engagé visant à préciser région par région l’effort budgétaire consenti par les parties prenantes (Etat, région, partenaires sociaux) et les postes de dépenses auxquels ces budgets sont affectés.
En 2008, le CNFPTLV avait évalué les dépenses globales du système d’information et d’orientation sur les formations et les métiers à 1,3 milliard d’euros réparti ainsi : 84 % financés par l’Etat, 12 % par les partenaires sociaux et 4 % par les régions, rappelle le DIO qui ajoute seulement que « depuis cette évaluation, la situation a pu évoluer ».

Le projet de mise en place d’un atlas permanent de l’orientation – il s’agit d’analyser et croiser à une échelle infrarégionale l’offre de formation, l’offre de services d’information et d’orientation et les caractéristiques du marché du travail – n’a pas non plus avancé, faute de financement (évalué à 100 000 euros).

Une centaine de sites labellisés – Enfin, la grande idée de ce nouveau service public de l’orientation consistait en la labellisation des sites qui rassemblent en un même lieu les différents acteurs de l’orientation.

Alors que le gouvernement misait sur la labellisation d’au moins 350 sites, le délégué explique dans son rapport « qu’une centaine de territoires répartis dans une quinzaine de régions différentes auront reçu le label ‘Orientation Pour Tous’ » à la veille de l’été 2012 – la liste des territoires labellisés figure dans le rapport.
Le gouvernement précédent avait misé sur l’auto-évaluation pour ces sites labellisés. Mais le DIO se contente pour le moment d’indiquer que des méthodes d’évaluation et des bonnes pratiques vont être définies « d’ici l’été 2012 »…

Les mesures contre le décrochage scolaire en chiffres

Le rapport comporte aussi un bilan chiffré sur le décrochage scolaire cher à François Hollande. Depuis mai 2011 – la circulaire sur le décrochage scolaire date de février 2011 – , « 165 875 jeunes ont été contactés, 89 884 ont bénéficié d’un entretien (plus d’une prise de contact sur deux débouche sur un entretien), 58 524 solutions ont été apportées aux décrocheurs dont 51 409 retours en formation et 7 115 en emploi ».
Le DIO salue également le rôle joué par les missions locales en la matière.

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Premier bilan très mitigé pour le service public de l’orientation

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement