logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/119198/quand-les-administrateurs-territoriaux-repensent-la-decentralisation/

DÉCENTRALISATION
Quand les administrateurs territoriaux repensent la décentralisation
La Rédaction | Opinions | Publié le 18/06/2012 | Mis à jour le 21/06/2012

Les lois « Defferre » ont 30 ans, et la décentralisation est désormais intégrée dans le paysage administratif français. Cependant, depuis quelques années, le service public local est régulièrement critiqué : l’augmentation des taux d’imposition, la croissance des effectifs sont autant d’éléments mis en avant pour stigmatiser une gestion locale jugée dispendieuse.

C’est oublier un peu vite les efforts considérables consentis par les collectivités locales pour moderniser les équipements publics : réseau routier, transports ferroviaires, logement, collèges, lycées, sans compter les investissements réalisés pour le compte de l’Etat, dans le domaine universitaire par exemple.

Les administrateurs territoriaux sont bien placés pour savoir combien la maîtrise des coûts et la recherche d’une plus grande efficacité sont des préoccupations constantes des gestionnaires locaux. C’est dans ce contexte que nous avons souhaité faire entendre notre voix, apporter notre propre contribution au débat sur la décentralisation.

Le manifeste dont nous débattons lors de notre congrès [1], les 21 et 22 juin à Rennes, est le fruit d’un travail collectif et je tiens à remercier les coordonnateurs des groupes de travail et les très nombreux contributeurs.

Projet commun avec les habitants – Nous proposons notamment la construction d’une relation nouvelle avec les habitants, fondée sur un projet commun, une meilleure lisibilité du coût du service public et la construction d’indicateurs partagés d’évaluation des politiques publiques.

L’avenir de la décentralisation passe aussi par une plus grande lisibilité de la charge et de l’affectation des produits de l’imposition locale, et la clarification des flux financiers entre l’Etat et les collectivités.

Le rôle de l’Etat à redéfinir – Car notre travail se fonde sur une conviction, celle que cette réflexion serait incomplète si elle n’intégrait pas la question du rôle de l’Etat, dans un souci partagé de maîtrise de la dépense publique et d’équilibre des territoires. Cela pourrait se traduire par l’élaboration à l’échelle régionale de pactes de gouvernance associant l’Etat et les collectivités, définissant les rôles et responsabilités de chacun, dans le respect de l’histoire et des spécificités de chaque territoire.