Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Grand Paris

Paris Métropole veut sortir du « chacun pour soi »

Publié le 20/06/2012 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : Régions

Le syndicat mixte a présenté ce mercredi 20 juin 2012 son « livre vert » sur la gouvernance. Pour ses membres, les inégalités territoriales finissent par nuire à l’attractivité de la région capitale.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Trois jours après la fin de la période électorale, le syndicat mixte d’études Paris Métropole composé de 199 collectivités et intercommunalités a rendu public son livre vert sur la gouvernance.
Cette compilation de 29 contributions fait apparaître un large consensus sur le diagnostic.

« Le potentiel fiscal par habitant varie de 1 à 7,5 entre les communes de plus de 10 000 habitants d’Ile-de-France. Sur la période 2000-2008, les revenus des communes les plus aisées ont augmenté de 25 % alors que ceux des communes en difficulté ont stagné autour de 3 % », s’alarme, dans sa contribution, Claude Bartolone, président (PS) du conseil général de Seine-Saint-Denis.

François Hollande en renfort – « Le temps passé quotidiennement dans les transports varie de 1 à 5, dépassant deux heures pour les actifs de grande couronne.
L’Ile-de-France est en tête du niveau de vie médian par région mais les hauts revenus sont sept fois supérieurs aux bas revenus et les disparités géographiques sont immenses », abonde Jean-Paul Huchon, président (PS) de la région.
« Notre impératif est de réduire les inégalités sociales et spatiales pour renforcer notre attractivité », résume Bertrand Delanoë, maire (PS) de Paris. « Le chacun pour soi, c’est fini », clame Daniel Breuiller, maire (EELV) d’Arcueil (Val-de-Marne).

Lors de son allocution, le 15 mai, à l’hôtel de ville de Paris, François Hollande avait promis de « créer les conditions nécessaires à l’émergence d’une métropole parisienne. »
« Nous nous appuierons sur une structure qui existe, et qui a commencé de faire ses preuves : Paris Métropole », avait indiqué le nouveau chef de l’Etat.

Vers une autorité du logement – Aux membres du syndicat mixte de s’accorder sur un mécano institutionnel. La tâche ne sera pas mince, tant des divergences persistent.
Claude Bartolone, Bertrand Kern, président (PS) de la communauté d’agglomération Est Ensemble, Philippe Dallier, sénateur-maire (UMP) des Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et la plupart des élus EELV dans le sillage du patron des sénateurs verts, Jean-Vincent Placé, se prononcent pour la fusion des conseils généraux au sein d’une collectivité du Grand Paris.
Ils se heurtent à l’opposition des grands élus.

Bertrand Delanoë préfère miser sur la transformation de Paris Métropole en pôle métropolitain et la création d’une « autorité métropolitaine du logement » qui pourrait « se substituer aux collectivités défaillantes ».
Jean-Paul Huchon parle, lui, d’ « autorité organisatrice du logement en Ile-de-France ». Les deux hommes forts de la région capitale affichent leur unité. Dans une tribune parue le 1er mars dans Le Monde, ils plaidaient, de concert, pour une « autorité » dotée de « moyens financiers puissants, avec les transferts des crédits d’aide à la pierre de l’Etat ainsi que les pénalités payées par les communes qui ne respectent pas leurs obligations en matière de constructions de logements sociaux ». Le conseil régional procèdera à de nouvelles annonces sur ce thème lors de sa séance plénière de la semaine prochaine.

Le « 92 » contre le « jacobinisme régional » – François Kosciusko-Morizet (UMP), représentant à Paris Métropole de Patrick Devedjian, président (UMP) du conseil général des Hauts-de-Seine, freine des quatre fers.
Son mot d’ordre : « Ne pas passer d’un jacobinisme national à un jacobinisme régional. »

Paris Métropole présentera ses propres propositions à la fin de l’année par le biais d’un livre blanc. Patrick Braouezec, son président (Ex-PCF) évoque « une réforme constitutionnelle pour faire du neuf. »
Repeint en rose, le Parlement est-il prêt à aller si loin ? L’UMP Philippe Dallier en doute. Pierre Mansat, adjoint (ex-PCF) au maire de Paris en charge de Paris Métropole se réjouit que le départ de Nicolas Sarkozy redonne la main aux acteurs locaux.
Mais, prévient-il, « le temps des collectivités est toujours un temps long. »

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Paris Métropole veut sortir du « chacun pour soi »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement