Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

air

La Métro injecte de l’air plus « pur » dans son Plan climat

Publié le 20/06/2012 • Par Séverine Cattiaux • dans : Régions

A l’occasion de son 13e forum Plan climat, qui réunissait ce mardi 19 juin 2012 élus, techniciens et signataires du Plan, l’agglomération grenobloise (la Métro) a lancé son projet de « Plan Air Climat ».

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En dépit d’un Plan climat précurseur lancé en 2005, réunissant une soixantaine de partenaires engagés (communes, bailleurs, entreprises…), les émissions de polluants (particules fines et dioxyde d’azote) ne diminuent pas assez vite dans l’agglomération.

Niveau au-dessus des normes pour 11 200 habitants – Entre 2005 et 2008(1), le dioxyde d’azote a baissé de – 26 % , mais ce résultat repose surtout sur le secteur industriel. Quant aux particules fines, elles n’ont diminué que de – 1 % seulement.
Par ailleurs, la Métro sait dorénavant que, si aucune mesure n’est prise, ce sont 11 200 habitants à Grenoble (près des grands axes circulants) qui baigneront toujours, en 2015, dans un air chargé de polluants impactant la santé, et dont le niveau est au-dessus des normes européennes.

Alors, comment la nouvelle « fiche d’engagement » (validée en septembre prochain) intègre-t-elle la problématique de l’air ? Primo : en exhortant dorénavant les partenaires à la « sobriété énergétique» et à l’« efficacité énergétique » à tous les niveaux.

Secondo : la « préservation de la qualité de l’air » est désormais associée à celle de produire et/ou d’utiliser des « énergies renouvelables ». Est visée en particulier : la combustion du bois qui présente le fâcheux inconvénient d’émettre du dioxyde d’azote.

Pour tout aménagement – Tertio, selon cette fiche d’engagement réactualisée : tout aménagement ou projet d’insertion de nouveau bâtiment devra désormais tenir compte de la qualité de l’air.
En d’autre mots – au titre de la prévention – Grenoble, signataire du Plan climat, ne pourra plus densifier certaines zones d’habitat, comme elle le fait actuellement.

Notes

Note 01 La Métro n’a pas encore récupéré toutes les données (de la région notamment) pour consolider les résultats des années ultérieures. Retour au texte

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La Métro injecte de l’air plus « pur » dans son Plan climat

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement