Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Aide sociale à l’enfance

Affaire « Marina » : les limites du travail social devant le mur du mensonge

Publié le 19/06/2012 • Par Catherine Maisonneuve • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu Emploi, Actu experts prévention sécurité, Actu prévention sécurité, Régions, Toute l'actu RH

Six agents du conseil général de la Sarthe ont témoigné lundi 18 juin 2012 aux Assises du Mans, où comparaissent depuis le 11 les parents de la petite Marina, décédée de maltraitance en août 2009. Ils ont défendu leur travail social, mais l’enchaînement des circonstances l’a stoppé net à la phase d’évaluation.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Y a-t-il eu défaillance de la protection de l’enfance ? La question s’est posée avec d’autant plus d’acuité que le cas de Marina était connu. Au fil des déménagements des parents dans le département (5 en 2 ans), les écoles successives de Marina ont donné l’alerte : marques, ecchymoses, boulimie, absences répétées.

Le 1er juillet 2008, le Parquet est saisi par l’école de Saint-Denis d’Orques, en même temps que le conseil général. La justice diligente une enquête de gendarmerie qui est classée sans suite le 6 octobre 2008 – les Assises ont visionné le 14 juin un enregistrement filmé de Marina qui ne cesse de protéger ses parents et allègue chutes ou accidents.

Mais en mai 2009, une double information préoccupante est transmise au conseil général, et seulement au conseil général ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite

Régions

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Affaire « Marina » : les limites du travail social devant le mur du mensonge

Votre e-mail ne sera pas publié

ssrw38

20/06/2012 08h56

A la lecture de ce résumé je me dis que les parents ont manipulé les services sociaux et l’institution scolaire. Alors effectivement que les fonctionnaires intervenus dans cette sordide affaire soient interrogés se conçoit mais harcelés par un avocat est incompréhensible.
Toutes ces mises en scène ne sont elles suffisamment pas crédibles pour se convaincre des limites de leurs missions. Et la tante de l’enfant qui se permet via avocat de harceler les fonctionnaires de son côté n’a t-elle rien remarqué ?

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement