Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

élections

Quelles sont les conditions d’application de la sanction d’inéligibilité pour fraude électorale ?

Publié le 18/06/2012 • Par Delphine Gerbeau • dans : Réponses ministérielles

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’article L.118-4 du Code électoral, créé par l’article 17 de la loi n° 2011-412 du 14 avril 2011 portant simplification de dispositions du Code électoral et relative à la transparence financière de la vie politique, prévoit une sanction d’inéligibilité à l’encontre des candidats ayant été reconnus coupables de faits de fraude électorale.

Une lecture restrictive de la notion d’auteur de la manoeuvre frauduleuse, qui permettrait de ne déclarer inéligible un candidat que s’il a lui-même commis cette manoeuvre paraît contraire à la jurisprudence.

En effet, le juge a, dans le cadre de l’ancienne rédaction de l’article L.118-3 du Code électoral, déjà été amené à évaluer la bonne foi de candidats tête de liste dans des cas où ceux-ci n’avaient pas directement réalisé l’irrégularité incriminée touchant à leur compte de campagne.
Il a alors reconnu la bonne foi d’un candidat tête de liste qui n’a pas été en mesure de s’opposer ni de prévenir l’irrégularité commise par son colistier à son insu (CE, 8 janv. 1997, élection municipale d’Istres, req. n° 178393).

En revanche, la bonne foi du candidat n’est pas retenue s’il a été informé du paiement direct de dépenses électorales par des colistiers (CE, 20 janv. 1999, CCCFP, req. n° 198037).

S’il en a eu connaissance ou en a retiré un avantage – La jurisprudence s’attache donc à établir si le candidat, dont le compte de campagne est entaché d’une irrégularité, a eu connaissance de cette irrégularité et en a retiré un avantage.

Un tel raisonnement pourrait également être retenu dans le cadre d’un contentieux relatif à une manoeuvre électorale frauduleuse. Dans ce cas, le juge pourrait prononcer l’inéligibilité d’un candidat à la suite d’une fraude matérielle et démontrée qui serait de son fait ou du fait d’un tiers à son bénéfice, dans le cas où il en aurait été l’instigateur, ou dans le cas où il en aurait été informé et n’aurait pas pris de mesure pour prévenir ou s’opposer à cette fraude.

Domaines juridiques

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quelles sont les conditions d’application de la sanction d’inéligibilité pour fraude électorale ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement