logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/11841/41-des-francais-souhaitent-etre-incineres-selon-un-sondage/

SONDAGE
41% des Français souhaitent être incinérés, selon un sondage
La Rédaction | France | Publié le 29/10/2007 | Mis à jour le 02/11/2010

La crémation devance de peu l’inhumation traditionnelle dans les souhaits des Français : 41% souhaitent être incinérés et 39% inhumés (20% n’ont pas d’avis), selon un sondage réalisé par le Credoc pour la chambre syndicale nationale de l’art funéraire (CSNAF) à l’occasion de la Toussaint.
Ils choisissent l’inhumation pour des questions religieuses et en raison des traditions familiales. Ceux qui choisissent la crémation « ne veulent pas embarrasser la famille » (35%) et avancent des raisons économiques (24%), la crémation étant moins coûteuse que l’inhumation.
Ce même sondage montre que les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir laisser des instructions pour le déroulement de leurs obsèques. Ils sont 41% en 2007, contre 35% en 2005. 13% déclarent avoir souscrit un contrat-obsèques et 12% être « intéressés » par un tel contrat. L’organisation de ses propres obsèques correspond à la tendance actuelle de l’homme contemporain à vouloir tout contrôler », et à la baisse de la pratique religieuse, commente la CSNAF.
Quant à la fréquentation des cimetières à la Toussaint, elle est en baisse : 45% des personnes interrogées déclarent rendre visite à leurs morts ce jour-là, contre 51% en 2005. Sans surprise, on constate que les cimetières sont moins fréquentés dans les villes de plus de 200.000 habitants et en région parisienne que dans les zones rurales, et que les femmes âgées vont davantage au cimetière que le reste de la population. 17% des personnes interrogées déclarent aller au cimetière « tous les jours » (contre 25% en 2005).
Le sondage a été réalisé en mai 2007 auprès d’un échantillon de 1.O12 personnes âgées de 40 ans et plus, interrogées en face-à-face ou par téléphone.

Un quatre pages intitulé «La mort, un commerce comme un autre», sera prochainement publié sur le site du Crédoc (rubrique «consommation et mode de vie») [1]