Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[EXCLUSIF]

Eolien terrestre : 93% des élus satisfaits de leurs parcs

Publié le 15/06/2012 • Par Claudine Farrugia-Tayar • dans : France

A l’heure où Nicole Bricq, ministre de l’Ecologie, de l’énergie et du développement durable, réaffirme le soutien de l’Etat au développement de la filière éolienne terrestre en France, la Gazette publie en exclusivité une enquête réalisée par HCG (Human Consulting Group) auprès d’ un panel de 700 élus ayant mené à bien des projets éoliens dans leurs communes.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Selon Fabrice Lanoë, PDG de la société HCG, qui a réalisé cette enquête, « elle permet de tester de manière exhaustive 80 développeurs, par le biais des élus qui ont installé un parc éolien dans leur commune. Nous avons mesuré la satisfaction des maires, des présidents de communautés de communes et adjoints ayant suivi le projet. »

L’éolien, sujet politiquement sensible – Sur 700 maires interrogés, seuls 30% ont souhaité s’exprimer, car il s’agit manifestement d’un dossier sensible. Globalement, 93 % des élus affichent leur satisfaction d’avoir mené à bien de telles opérations, confortés dans leurs choix par l’adhésion de leurs administrés plutôt sensibles au développement des énergies renouvelables ; 3% se déclarent « plutôt pas satisfaits » et 1% « pas du tout satisfait. »
De fait, 89% sont satisfaits de l’acceptabilité sociale de leurs projets ; 7% ont affiché leur mécontentement, les autres s’étant peu exprimés sur ce point.

Une expérience à renouveler – Si le projet d’installation d’une éolienne était à refaire, 81% des maires renouvelleraient l’expérience, 16% déclareraient forfait, 3% restant indécis.

Dans le détail, 80 développeurs de parcs éoliens terrestres ont été testés : dans le trio de tête, on retrouve Hydelec, Sofiva et Iberdrola, qui obtiennent une moyenne générale comprise entre 9,44 et 10/10. Une moyenne qui prend à la fois en compte la satisfaction générale, la convivialité et le professionnalisme observés lors des opérations. Reste que 7% des élus interrogés feraient appel à un autre développeur, s’il s’agissait de retenter l’expérience.

Des développeurs « blacklistés »- Une ombre au tableau, deux développeurs se sont distingués par leur manque de professionnalisme : il s’agit de Pedersoli et de Ventis.
Le facteur « nuisances sonores » a été pris largement en compte : lorsqu’on demande aux édiles si les promesses en termes de nuisances sonores ont été tenues, 47,44% sont affirmatifs, 28,84% ont un avis tempéré, les autres évoquent au contraire des nuisances « présentes dès le début de l’installation, souvent en raison d’un problème technique ». Très souvent, ces nuisances sonores sont liées à la trop grande proximité des habitations.

Interférences TV – 70% des élus n’ont pas eu à déplorer d’interférences télévisuelles. Les autres ont dû négocier avec les développeurs afin que ces derniers règlent les problèmes techniques, voire remplacent les paraboles chez les habitants. Quant au service après-vente des techniciens, il a été jugé efficace par 83% des maires.

Le premier objectif : l’écologie – Une certitude, c’est bien l’image écologique du parc éolien terrestre qui a été décisive pour les élus : 46% le confirment, tandis que 39% avouent placer l’économie au premier plan de leurs préoccupations.
Seuls 2% expliquent avoir fait le choix de l’éolien dans un but politique ; 13% affirment avoir accepté le projet parce qu’un développeur cherchait un lieu d’implantation, dans un souci de diversification, ou parce que « c’était à la mode. »

Enfin, parce que le développement durable repose aussi sur le local, nombreux sont les maires qui ont souhaité travailler avec des entreprises situées sur leurs territoires.

Une distance minimale de 800 mètres des habitations

En conclusion, les maires conseillent fortement de « faire bien attention à la distance entre les habitations et le parc éolien ». C’est le cas du maire de Hétomesnil, qui conseille « de ne pas installer les éoliennes à moins de 800 mètres des habitations », et de celui de Lhuitre, qui exige « un minimum de 2 kilomètres ».
Enfin, sur le plan financier, certains maires recommandent de savoir dès le départ combien le parc éolien va rapporter exactement, car les retombées économiques sont moins intéressantes pour eux qu’auparavant. Des élus se déclarent même « déçus par la nouvelle taxe professionnelle, car la communauté de communes bénéficie davantage des retombées financières que la ville porteuse du projet… »

Nicole Bricq assure la filière de son « soutien entier »

La ministre de l’Ecologie et de l’Energie, Nicole Bricq, a assuré jeudi 14 juin 2012 la filière de l’éolien terrestre du « soutien entier » du gouvernement qui veillera au maintien des contrats de tarifs d’achat remis en cause par un arrêté du Conseil d’Etat sur plainte des anti-éoliens.

« Le gouvernement veillera à ce que, indépendamment de l’issue de la question préjudicielle posée par le Conseil d’Etat à la Cour de Justice européenne, il n’y ait ni remise en cause des contrats d’achat existants au titre de l’arrêté en vigueur, ni affaiblissement du cadre juridique afin de ne pas fragiliser le rythme de développement des nouveaux projets », a indiqué la ministre dans un communiqué.
Mme Bricq a souligné avoir pris connaissance de la « situation délicate dans laquelle se trouvent aujourd’hui de nombreux projets suite au blocage des financements » après l’arrêt rendu le 15 mai 2012 par le Conseil d’Etat (1).

Rassurer la filière – « Nous ne pouvons pas seulement attendre l’avis de la Cour de Justice européenne sur la question de savoir si oui ou non notre système de soutien constitue une aide d’État », a ajouté la ministre sans toutefois préciser les mesures qu’elle envisageait.
« Étant donné le rôle que doit jouer l’éolien pour la transition énergétique et le redressement productif de notre pays, il me paraît nécessaire de rassurer la filière », a-t-elle indiqué en promettant d’engager « une réflexion plus large sur l’ensemble des filières renouvelables à l’occasion du débat énergétique national » qui devrait avoir lieu à l’automne.

Les professionnels de l’éolien ont « salué cette prise de position claire et forte qui préserve les 10.000 emplois que compte aujourd’hui la filière », dans un communiqué publié jeudi soir par le Syndicat des énergies renouvelables SER. Ils ont également rappelé que « le rôle majeur qu’est appelé à jouer la filière éolienne à l’avenir permettra la création de 50 000 emplois supplémentaires répartis sur tout le territoire national ».

Le président du SER, Jean-Louis Bal s’est réjoui de « l’écoute de la ministre, suite aux entretiens que nous avons pu avoir avec son cabinet, ainsi que sa clarté et la diligence avec laquelle elle a pu agir dans le contexte très difficile que traverse la filière éolienne ».

Notes

Note 01 Celui-ci avait été saisi par un collectif anti-éolien d'une demande d'annulation du texte fixant les conditions d'achat de l'électricité d'origine éolienne, notamment par EDF. Et le 15 mai le Conseil d'Etat avait renvoyé sa décision dans l'attente d'éclaircissements de la Cour de justice de l'Union européenne. Retour au texte

8 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Eolien terrestre : 93% des élus satisfaits de leurs parcs

Votre e-mail ne sera pas publié

ERIC 56

16/06/2012 11h28

Les liens pour la liste noire des développeurs de projets et d’autre part sur 700 maires interrogés seul 195 affiche globalement une satisfaction !!!!!!
et les 505 qui restent ils osent même pas en parler , pourquoi?
en distance on parle de 800m à 2000m alors de ce fait dans des régions entières Normandie ,Bretagne et autres du fait de l’habitat dispersé on ne pourra pas mettre une seule machine ,mais les élus de ses régions qui souhaitent développé un parc se moquent éperdument des retours d’expériences et privilégient les développeurs a leurs population….

michel

18/06/2012 12h28

bonjour,

comment obtenir le rapport complet ? le lien ne fonctionne pas.

merci d’avance

Agathe Vovard

18/06/2012 12h49

Bonjour,

Le lien a été modifié tout fonctionne désormais.
Bonne journée

La rédaction

Jean-Claude Soulié

18/06/2012 04h52

700 maires ont été interrogés, 30% ont répondu… soit 210, sur 36000 en France. Soit moins de 6 maires sur 1000. Jolie représentativité : de qui se moque-t-on ?

Dominique Formet

28/06/2012 10h56

Il me semble que l’étude porte sur les communes disposant d’un parc éolien, cela ne concerne donc que les maires de communes disposant d’un parc de ce type, il me semble.

Marie-Laure

20/06/2012 10h30

Un titre trompeur pour un article pro-éolien ! Comment pouvez-vous dire que 93% des élus sont satisfaits de leur industrie éolienne alors que ce ne sont que 210 maires qui ont répondu ?
Article à reformuler si vous voulez être crédibles !!
Vous prenez donc les gens pour des idiots ?

Romain Mazon

20/06/2012 12h59

Bonjour

Comme pour tout sondage cité par la presse, les biais d’interprétation et de compréhension sont nombreux. Pour être parfaitement rigoureux, nous devrions préciser, après chaque mention de chiffre : xx% des répondants à l’enquête pour ne pas risquer d’induire le lecteur en erreur. Dans notre cas, le titre rigoureux aurait été « 93 % des élus ayant répondu à l’enquête satisfaits de leurs parcs ». Et encore, nous n’aurions pas mentionné que seuls 30 % des 700 maires interrogés avaient répondu. Les titres sont donc toujours des raccourcis, surtout en matière de sondage. C’est pourquoi nous indiquons clairement dans l’article combien ont effectivement répondu.
Si nous avons souhaité traiter ce sujet malgré le faible nombre de répondants, c’est parce qu’il fait un état, à prendre avec précaution, d’une situation peu abordée jusque là. L’éolien suscite de forts rejets, ou de fortes adhésions, et l’on voit par cette enquête l’appréciation de certains maires ayant été confronté à l’implantation d’installation. En gardant en tête les précautions méthodologiques, nous avons jugé le sujet intéressant.
Nous serions d’ailleurs très intéressés que vous nous fassiez part, sur le fond, de votre avis sur l’éolien, car le débat est évidemment posé, et pas tranché.

Cordialement

Eric Lelal

25/06/2012 04h29

Un panel de 30%, c’est netement plus que celui retenu pour les sondages politiques et 700 maires contactés, çà doit pas être loin de représenter 100% des communes concernées par l’éolien ! Alors bravo pour ce dossier courageux et très bien réalisé.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement