logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/11775/outre-mer-lassainissement-a-noumea-juge-preoccupant-selon-la-chambre-territoriale-des-comptes/

ENVIRONNEMENT
Outre-Mer. L’assainissement à Nouméa jugé préoccupant selon la chambre territoriale des comptes
La Rédaction | Régions | Publié le 02/11/2007

La Chambre territoriale des comptes de Nouvelle-Calédonie a jugé « préoccupante » la situation de l’assainissement à Nouméa, mettant en cause une mauvaise gestion par la municipalité et dénonçant des conséquences pour l’environnement.
Confrontée à un important retard, la ville avait élaboré en 1986 un schéma directeur, mais son exécution est jugée « insuffisante et désordonnée ». Ainsi en 20 ans, la commune de Nouméa n’a réalisé qu’une seule station d’épuration, pour les quartiers sud, alors que dans le même temps la ville a connu une urbanisation galopante.
« Au total s’agissant de l’assainissement domestique, la capacité des équipements est passée de 11.000 habitants à 26.500 alors que la population passait de 65.000 en 1983 à 92.000 habitants en 2004 », souligne le document.
En valeur absolue, le nombre d’habitants non raccordés à une capacité de traitement a donc progressé depuis 1986. Leurs eaux usées « continuent à se déverser dans la mer et engendrent des nuisances et des pollutions », note la Chambre des comptes.
L’institution s’alarme en outre de l’augmentation « considérable du volume des effluents les plus polluants, qui émanent des zones industrielles de Ducos et de Numbo où il n’y a toujours aucun dispositif de traitement avant le rejet en mer ».
La politique de la municipalité visant à favoriser la construction de stations privées est également mise en cause, notamment parce que ces équipements ne sont ni répertoriés, ni contrôlés.
Jugeant les besoins de Nouméa « considérables », la Chambre recommande un diagnostic sur « les pollutions des eaux côtières qu’engendrent ces rejets domestiques et industriels ».
En réponse, la ville de Nouméa a indiqué qu’un nouveau schéma directeur d’assainissement visant à passer d’une capacité de traitement de 30% en 2007 à 90% en 2009 était en cours. La difficulté à réaliser des travaux d’assainissement à Nouméa, en raison d’une topologie complexe et de la rareté et de la chèreté des entreprises, plus promptes à répondre aux appels d’offre du secteur privé qu’à celles du secteur public, a également été mise en avant.