Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gens du voyage

L’Etat s’offre un territorial comme médiateur des grands passages en Haute-Garonne

Publié le 12/06/2012 • Par Olivier Berthelin • dans : Régions

La préfecture de Haute-Garonne a nommé en juin 2012, pour la première fois, un médiateur officiel pour les grands passages. Il dispose des moyens techniques et humains de l’Etat pour s’acquitter de sa mission. En choisissant un territorial, directeur du syndicat d’accueil des gens du voyage, le préfet s’appuie sur l’expertise d’une équipe en lien avec les élus et les usagers.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Les seuls médiateurs efficaces sont ceux qui disposent des pouvoirs du préfet ! » déclare Josèphe Charpentier, président de SOS gens du voyage et organisateur des grands rassemblements tsiganes.

« Nous respectons les hommes et les femmes de bonne volonté qui dans de nombreux départements font ce travail sans moyens. Mais, ils n’ont aucun pouvoir pour réquisitionner les terrains. Ils disent une chose, mais les maires et les gendarmes ne tiennent pas compte de leurs avis. Au final, nous ne savons pas qui écouter et nous devons nous débrouiller par nous même », explique le responsable tsigane.

Conscient de ces difficultés, le préfet de Haute Garonne a depuis début juin radicalement changé la vie du territorial qui jusqu’à présent effectuait la médiation sans mission officielle.

Le préfet change la vie des territoriaux – « Jusqu’à présent, comme directeur du syndicat d’accueil des gens du voyage, j’intervenais spontanément sur les stationnements des groupes. Je ne pouvais abandonner mes élus et mes voyageurs dans des situations parfois très difficiles », constate Eric Vanderwall, directeur du Sieanat (Syndicat mixte pour l’accueil des gens du voyage dans le département de la Haute Garonne).

« En me donnant une mission officielle et en me permettant de travailler en étroite concertation avec les services de la préfecture, il me donne une autorité qui me permet d’être efficace », précise t-il.

De fait, le soutien officiel du préfet, habilité à réquisitionner un terrain, lui donne plus de poids dans les négociations avec les maires. « Je ne suis plus un simple technicien qui donne son avis sur les textes, les circulaires et l’application du schéma. Dans le cadre de cette mission, je deviens un agent de l’Etat », ajoute Eric Vanderwall en évoquant les terrains non encore réalisés depuis 2003.
Dans ces communes, le maire ne peut légalement s’opposer au stationnement d’un groupe.

Depuis sa nomination officielle, Eric Vanderwall a déjà expérimenté les facilités qu’apporte le soutien du préfet. Dans une situation de grande tension entre des gendarmes locaux et les membres d’un groupe de voyageurs, il a pu faire intervenir un officier spécialiste de la gestion des conflits.

« Sans son intervention, la situation aurait pu devenir très grave », constate le territorial. Néanmoins, le pouvoir du médiateur s’arrête aux limites du département. « Que faire quand un groupe est expulsé d’un autre département ? La Haute-Garonne est grande, mais possède aussi des limites. Depuis mai, nous avons reçu 3 groupes qui n’étaient pas prévus dans les programmes établis avec les associations », remarque Eric Vanderwall.
En lien toute l’année avec les associations organisatrices de grands passages(1), il s’efforce avec les responsables et ses collègues des départements voisins, à trouver des solutions pour les cas particuliers.

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

Notes

Note 01 Action grands passage organise 80 % des grands passages avec 110 groupes baptisés missions ; France liberté voyage et la Vie du voyage coordonnent des groupes de commerçants et d’artisans laïques ; des associations locales organisent des groupes autonomes des grandes fédérations nationales. Retour au texte

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’Etat s’offre un territorial comme médiateur des grands passages en Haute-Garonne

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement