Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gestion des services publics

Comment doit être qualifiée une régie qui organise des festivals et manifestations culturelles ?

Publié le 08/06/2012 • Par Delphine Gerbeau • dans : Réponses ministérielles

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Conformément au principe de libre administration des collectivités territoriales et aux dispositions des articles L.2221-1 et suivants du Code général des collectivités territoriales, les communes et les syndicats de communes peuvent, afin de gérer leurs services publics locaux, décider d’instituer des régies à personnalité morale et à autonomie financière qui sont soit à caractère administratif, soit à caractère industriel et commercial.

Le plus souvent une régie à caractère administratif gère un service public administratif (SPA) ; elle relève du droit administratif et de la compétence de la juridiction administrative pour les litiges qui naissent de ses activités.

De même, une régie à caractère industriel et commercial gère, en règle générale, un service public industriel et commercial (SPIC) ; elle est régie par les règles du droit privé et relève de la compétence de la juridiction judiciaire (CE, 23 février 1977, Régie autonome des transports parisiens ; Tribunal des conflits, 24 avril 1978, Société de boulangerie de Kourou).

Il arrive, toutefois, que ces établissements gèrent à la fois des services publics administratifs et des services publics industriels et commerciaux.

Les règles jurisprudentielles permettant d’opérer la distinction entre un SPA et un SPIC sont issues de la décision du Conseil d’Etat du 16 novembre 1956, « Union syndicale des industries aéronautiques », qui distingue trois critères :

  1. l’objet du service,
  2. les modalités de fonctionnement
  3. et l’origine de ses ressources.

Dans le cas d’espèce, l’objet du service est d’organiser des festivals et manifestations culturelles. Il conviendra d’apprécier si les missions exercées par la régie communale pourraient l’être par des entreprises privées, auquel cas l’établissement pourrait être qualifié d’établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC).

Le juge regarde ensuite si la gestion de l’établissement relève du droit public ou si elle est conduite suivant des règles proches ou identiques à celles utilisées par une entreprise privée.
La réponse dépendra donc de l’organisation administrative et financière de la régie telle que déterminée par délibération du conseil municipal.

S’agissant enfin de l’origine des ressources, les recettes de la régie sont composées des produits de la billetterie, de la vente d’articles dérivés, des recettes des buvettes, du mécénat et de subventions diverses.
Les SPIC sont principalement financés par les recettes tirées de l’exploitation du service tandis que les SPA sont exclusivement ou essentiellement financés par les ressources propres de la collectivité.

Lorsque le financement est assuré par des ressources diverses, ce qui semble être le cas, la qualification du service dépend de la part prépondérante de l’une ou l’autre recette.

La réponse dépendra donc des caractéristiques propres au service dont il s’agit. Dans le cas de l’organisation d’une grande parade de jazz, le juge a reconnu le caractère administratif de ce service en raison de l’intérêt général d’ordre culturel que présente cette manifestation, des conditions de son financement et de son mode de fonctionnement (CE 2 juin 1995, ville de Nice).
Cependant le caractère culturel n’est pas suffisant pour faire consacrer le caractère administratif.

Cet article est en relation avec le dossier

Domaines juridiques

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Comment doit être qualifiée une régie qui organise des festivals et manifestations culturelles ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement