Transports publics

Financer durablement la mobilité, un casse-tête pour les acteurs

| Mis à jour le 22/07/2013
Par • Club : Club Techni.Cités

PHOVOIR

Le versement transport et la nécessité de connaître le « juste prix » des services de transport ont alimenté les débats lors des Rencontres du transport public qui se sont tenues le 6 juin 2012 à Paris.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Quel peut être le financement durable de la mobilité ? Tel était le thème du débat organisé le 6 juin 2012, par le GIE Transport public à Paris-Porte de Versailles, dans le cadre des Rencontres du Transport Public. D’entrée de jeu, les chantres du transport ont évoqué les principales pistes, à savoir « jouer sur la tarification » ou « élargir le versement transport ». Alors que le poids des transports publics en France s’élève à plus de 20 milliards d’euros, les ressources annuelles générées par le versement transport ne représentent que 6 milliards d’euros.

Baisse du prix des titres de transport – Michel Bleitrach, co-président de l’Union des Transports Publics, a été le premier à tirer la sonnette d’alarme : « En moyenne, le versement transport couvre 20% des dépenses des réseaux de transport. Or, au cours des dix dernières années, le prix moyen du ticket a baissé de 9%, alors même que l’offre augmentait de 16%. » Un différentiel sur lequel doivent s’interroger tous les acteurs, partagés entre la volonté d’inciter l’usager à abandonner sa voiture pour les TCSP, grâce à une tarification étudiée, et l’option d’une réévaluation tarifaire, plus en phase avec la réalité du marché.

La solution de la tarification unique – De son côté, Bernard Rivalta, président du Sytral a estimé que « le versement transport étant fortement lié à l’activité économique, il faudrait l’augmenter avec précaution. » Une seule voix optimiste dans ce concert de lamentations, celle de l’ancien ministre des transports Jean-Claude Gayssot, actuel vice-président de la région Languedoc Roussillon. « Nous misons sur la qualité de service. La tarification unique, à l’intérieur d’un département, ou d’une région peut être la solution. Nous venons d’investir 1 milliard d’euros sur les infrastructures, afin de mener une expérimentation de tarif unique à 1 euro sur trois lignes TER – Nîmes-Grau du Roi, Perpignan-Villefranche et Nîmes-Perpignan ». Des résultats encourageants, qui indiquent une augmentation de la fréquentation sur ces lignes-phares comprises entre +70% et +180% ! Un seul bémol, la saturation de l’infrastructure ferrée de la ligne littorale …

Complicité entre les opérateurs privés – Plus critique, Yves Krattinger, président du conseil général de Haute-Saône, voit dans cette crise du financement du transport public, et dans la difficulté à faire baisser les tarifs, « l’existence d’opérateurs en situation de monopole. Il existe une complicité entre les intervenants, pour rendre opaque le juste prix du service », dénonce-t-il. « Il faut une concurrence réelle. Si nous n’arrivons pas à créer cette concurrence, nous allons créer des sociétés publiques locales. La création d’une autorité de régulation est nécessaire sur ce point ». Evoquant la quarantaine de délégations de service public qui avaient « changé de mains », il analyse ce phénomène comme une réelle interrogation des autorités organisatrices de transport sur la réalité des coûts d’exploitation. Une autre piste avancée est la création d’un versement transport interstitiel, que pourraient percevoir les régions et les départements. Une piste examinée actuellement par le Medef, qui n’y est pas farouchement hostile …

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Stationnement et mobilité post-Covid-19 : des moteurs pour une société sans contact ?

    Quel avenir pour la mobilité et le stationnement après la crise du Covid-19 ?  Un groupe d'experts font part de leur analyse et de leur vision du « jour d'après ». Flexibilité et accès aux données numériques s'imposent pour répondre aux besoins de ...

  • La gestion des déchets de chantier

    Qui est responsable des déchets produits sur les chantiers de bâtiment ? Le maître d’ouvrage ? Le maître d’œuvre ou l’entreprise ? Chacun de ces acteurs est visé par la réglementation qui s’est considérablement renforcée au fil de l’importance ...

  • Maintenir le commerce de proximité

    Avec la loi Dutreil de 2005, des conditions de mise en œuvre d’un droit de préemption spécifique ont été accordées aux communes dans l’optique du maintien du commerce de proximité. La présente fiche détaille la procédure à appliquer pour l’exercice de ...

  • Eau – Stationnement – Solaire – Recyclage… toute l’actu de la semaine

    De l’eau au moulin - L’association professionnelle des industriels du transport de l’eau et de l’assainissement, citée par Environnement magazine, lance un appel aux acheteurs publics et maîtres d’ouvrage pour soutenir le secteur frappé par la crise ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Collectivités : comment aider les entreprises en cette période de crise

de La Gazette des communes

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP