Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

pauvreté

Un mouvement européen pour dénoncer le traitement criminel de la pauvreté

Publié le 06/06/2012 • Par Agnès Thouvenot • dans : France

« La pauvreté n’est pas un crime ». Lancé le 8 juin 2012 à Lyon, ce réseau d’associations à l’échelle européenne vise à enclencher une « guérilla juridique » dans les tribunaux locaux et à la Cour de justice de l’Union européenne.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Alors que les Etats votent des lois instituant des droits sociaux nouveaux, l’administration ne cesse de fabriquer des ‘non ayant-droits’, avec un traitement policier de la pauvreté, empêchant de fait toute pratique de survie. »
C’est sur ce paradoxe que la mobilisation européenne contre la « criminalisation » des sans-abri est lancée, ce 8 juin à Lyon.

Sur le plan juridique, le mouvement vise à enclencher une véritable « guérilla juridique », à la fois dans les tribunaux locaux de chacun des pays, mais aussi en direct auprès de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) par le biais de la procédure de la question préjudicielle.

Les premiers contentieux devraient porter sur « le droit au logement, les conditions de rétention des étrangers, l’entrave au séjour et à la circulation au sein de l’Union européenne, les arrêtés anti-mendicité, le harcèlement policier des étrangers, des prostitués… Les sujets ne manquent pas », souligne Marc Uhry, le directeur de la Fondation abbé Pierre en Rhône-Alpes et coordinateur européen du projet.

Arrêtés anti-mendicité – Pour cela, le réseau européen Housing right watch, composé de 40 avocats, devrait déposer les premiers recours dans les tout prochains jours. Les arrêtés anti-mendicité sont particulièrement dans le collimateur, une vingtaine de collectivités étant visées.

Mais le mouvement se veut aussi une mobilisation citoyenne à travers toute l’Europe. « Nous voulons inviter le citoyen à prendre conscience du glissement sécuritaire qui s’opère dans la gestion de l’espace public. La vidéosurveillance, les arrêtés anti-mendicité, l’évacuation des squats : partout en Europe, la pauvreté est réprimée alors que les protections sociales s’effilochent », complète Marc Uhry.

Pour cela, le mouvement s’appuie sur les réseaux traditionnels des grandes fédérations associatives et notamment la Fondation abbé Pierre et la Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abri (dont sont membres notamment la Fnars, la Fapil, Emmaüs France, la Fédération des Pact).
Les réseaux sociaux devraient faire le reste (compte Twitter @rightohousing et la page Facebook de Housing right watch).

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un mouvement européen pour dénoncer le traitement criminel de la pauvreté

Votre e-mail ne sera pas publié

Antoine

07/06/2012 11h38

Des droits, des droits, des droits… Et les devoirs?

Il est loin le temps où les dirigeants pouvez affirmer : « Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays.  » (JFK).

Ps: je perçois mal le lien entre la vidéo surveillance et la pauvreté. Quant aux évacuations de squatts, nul doute que ces avocats défenseurs des pauvres n’hésitent pas à y recourir quand ça se passe près de chez eux…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement