logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/116278/nicole-bricq-precise-la-feuille-de-route-pour-la-conference-environnementale/

ENVIRONNEMENT
Nicole Bricq précise la feuille de route pour la conférence environnementale
Arnaud Garriguesavec l'AFP | France | Publié le 05/06/2012

La conférence environnementale, promise par François Hollande pendant la campagne présidentielle, aura lieu en juillet, a annoncé lundi 4 juin 2012 la ministre de l'Ecologie à l'issue d'une rencontre avec les acteurs du Grenelle de l'environnement.

« Il faut bien l’admettre, la force propulsive du Grenelle s’est épuisée. Il s’agit désormais de relancer une dynamique et de franchir, ensemble, une étape vers un nouveau modèle de développement », a estimé la ministre de l’Ecologie Nicole Bricq dans un communiqué.  « Mon ambition, et c’est le souhait du président de la République, est de placer le dialogue environnemental au même niveau que le dialogue social », a-t-elle souligné.

La conférence environnementale se tiendra en juillet – La ministre a confirmé la tenue en juillet d’une conférence environnementale après avoir réuni lundi 5 juin 2012 les membres du Comité national du développement durable et du Grenelle de l’environnement. Cette conférence avait été promise en janvier par François Hollande au congrès de France Nature Environnement (FNE).

Ce « rendez-vous de haut niveau », qui réunira les acteurs du Grenelle (Etat, collectivités, entreprises, syndicats, ONG) ainsi que les parlementaires, doit permettre « d’identifier pour les prochains mois les axes de travail prioritaires et les modes de concertation associés », explique le ministère. « Les questions liées à l’énergie, à la biodiversité sous tous ses aspects – de sa nécessaire protection à ses apports économiques – et l’émergence de nouveaux modèles de financement, seront notamment au cœur des discussions », ajoute-t-il.

L’importance du rôle des acteurs locaux – Lors de cette réunion, la ministre a également rappelé son souhait de « replacer les acteurs locaux au centre de la vie démocratique afin d’accélérer l’ancrage du développement durable dans les territoires et de s’appuyer sur les multiples initiatives développées à l’échelle territoriale », indique le communiqué. « Les collectivités locales ont un rôle majeur à jouer dans chacun de leur territoire pour le développement de cette transition écologique. Rien n’est possible sans elles. C’est pour cette raison que j’ai souhaité qu’elles soient représentées au sein de la délégation française qui se rendra à Rio+20 », a déclaré Nicole Bricq.

La « social-écologie » – Dans un entretien au Monde [1]daté de mardi5 juin, Mme Bricq a affirmé vouloir promouvoir « la social-écologie », estimant qu’il était « hors de question que la transition écologique se fasse sur le dos des pauvres et des modestes ». « Je veux porter la social-écologie », affirme-t-elle. « L’écologie n’est pas un luxe pour bobos. Pour chaque mesure, il faut vérifier l’acceptabilité sociale. Et faire en sorte que tous en profitent », ajoute-t-elle.

Sur la conversion du PS aux thématiques écologiques, « il y a, j’en conviens, de petites différences culturelles entre certains de mes collègues et moi », dit la ministre dans cet entretien. « Mais je pense avoir des appuis de poids au sein du gouvernement, parmi les associations et dans la société. »