Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Urbanisme

L’industriel Cargill remporte son bras de fer contre la ville de Saint-Nazaire

Publié le 01/06/2012 • Par Jacques Le Brigand • dans : Régions

Opposée au maintien de l'usine Cargill sur son site actuel, la ville de Saint-Nazaire prend acte de la décision du port de renouveler son autorisation d'occupation temporaire (AOT) du domaine public.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Soulevant des raisons de sécurité et d’environnement, le maire Joël Batteux demande depuis plusieurs années à l’industriel (120 salariés) de déplacer son activité de transformation de tournesol (huile et tourteaux) en amont, sur le port de Montoir-de-Bretagne. Cette option a d’ailleurs été envisagée, un temps, par la filiale du groupe américain, sollicitant le concours de fonds publics. Cette éventualité s’éloigne aujourd’hui après le feu vert, assorti de prescriptions, du conseil de surveillance du Grand Port Maritime de Nantes- Saint-Nazaire, prolongeant la durée de vie du site jusqu’en 2035. Seul Joël Batteux a voté contre, les autres collectivités préférant s’abstenir. Du coup, l’entreprise dévoile un montant d’investissements sur dix ans compris entre 20 et 40 millions d’euros. Ils visent notamment à produire de la vitamine E et à réduire son empreinte environnementale. A moyen terme sont évoqués également des projets dans la lécithine et la biomasse.

Urbanisation galopante – Une polémique avait opposé l’an passé l’association Port Industrie aux élus, la première reprochant aux seconds de menacer l’avenir industriel des bassins portuaires. De fait, depuis le lancement du programme Ville-Port, l’urbanisation ne cesse de grignoter du terrain. Détruite à 85 % en 1945 par les bombardements alliés, la cité a été reconstruite dos à la mer et à l’ancienne base sous-marine. Depuis 20 ans, elle a entrepris de se réconcilier avec l’océan en partant à la reconquête des friches portuaires. Ce qui n’est pas simple : elle a dû réaliser dans ce secteur, à ses frais, il y a une dizaine d’années, un mur anti-souffle en béton pour permettre notamment l’implantation d’un supermarché et de son futur théâtre, scène nationale, qui, hasard du calendrier, doit être inauguré le 7 septembre prochain.

Régions

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’industriel Cargill remporte son bras de fer contre la ville de Saint-Nazaire

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement