logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/11500/nord-pas-de-calais-le-reseau-rafhael-sempare-a-nouveau-de-lenjeu-de-la-grande-vitesse/

EUROPE
Nord-Pas-de-Calais. Le réseau Rafhael s’empare à nouveau de l’enjeu de la grande vitesse
Olivier Ducuing | Régions | Publié le 21/11/2007

Le Réseau des agglomérations de Flandre, du Hainaut, de l’Artois et du littoral (Rafhael) est un lieu d’échanges et de lobbying influent sur des sujets d’intérêt commun. Elio di Rupo, bourgmestre belge de Mons, est par exemple vice-président de cette association.

L’une de leur action de lobbying porte sur la nouvelle étape de la grande vitesse européenne. L’hypothèse d’une nouvelle gare TGV à Seclin (dans le sud de Lille) est de plus en plus souvent envisagée pour capter les flux provenant ou allant vers l’Europe du Nord. «Il n’existe pas d’enjeu de pouvoir ou de compétence. Nos rencontres entre élus, directeurs généraux et de services, font l’existence du réseau sans autre prétention que des échanges de point de vue», a souligné Michel Delebarre lors de la rencontre du réseau à Lille du 19 novembre.

C’est en 1995 que le réseau de villes Rafhael est constitué, sous la présidence de Pierre Mauroy. L’objectif était d’associer toutes les villes du Nord-Pas-de-Calais désireuses de travailler ensemble sur les retombées du TGV, la gare Lille Europe ayant été inaugurée un an plus tôt.
Depuis 1999, sous la présidence de Michel Delebarre, député-maire de Dunkerque et président du comité des régions, Rafhael a élargi sa vocation au territoire transfrontalier et à des thématiques nouvelles: TIC, nouvelle donne énergétique, télévision de proximité et transports.