Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • A la une
  • 24 millions d’euros de bénéfice pour la Coupe du Monde de rugby : le Club des villes pour la création d’un fonds en co-gestion pour des projets locaux. Interview exclusive de Joël Quancard, porte parole du Club des villes

sports

24 millions d’euros de bénéfice pour la Coupe du Monde de rugby : le Club des villes pour la création d’un fonds en co-gestion pour des projets locaux. Interview exclusive de Joël Quancard, porte parole du Club des villes

Publié le 23/11/2007 • Par Laurent Bigot • dans : A la une, France

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Un bénéfice de 24 millions d’euros pour le GIP 2007

« 24 millions d’euros de bénéfice pour un budget de plus de 230 millions d’euros… » Tel est le bilan annoncé le 22 novembre par le comité organisateur français de la coupe du monde de rugby 2007, le GIP 2007 (groupement d’intérêt public).
Une surprise, alors que ses propres projections faisaient jusqu’alors état d’un bénéfice de 5,5 millions d’euros pour un budget de 218 millions d’euros *.
Toutefois, il s’agit d’un bilan estimatif, dans la mesure où, selon Etienne Thobois, directeur général du GIP France 2007, « il reste un grand nombre de points à éclaircir, ce qui oblige à considérer une marge de plus ou moins 3 millions d’euros ».
Par ailleurs, quelques arbitrages avec la Rugby World Cup Limited (RWC, branche commerciale de l’IRB, International Rugby Board) doivent avoir lieu et, enfin, le chiffre annoncé ne tient pas compte de l’impôt dont devra s’acquitter la Fédération française de rugby (FFR), « à hauteur de 33% du montant » selon son président, Bernard Lapasset.
Les raisons de ce résultat financier inattendu ? Une bonne maitrise des coûts qui a permis de « générer 2,2 millions d’euros de bénéfices », selon Etienne Thobois, ainsi que le succès de la billetterie, puisque les 48 matches du Mondial 2007 ont été suivis par 2,242 millions de spectateurs, soit un taux de remplissage des stades de 91% contre 85% initialement prévus.
« Nous avons également réalisé des recettes supplémentaires grâce à la remise en vente, pendant la compétition, de 150 000 billets, dont 30 000 de première catégorie, qui ont généré un solde net de 16,4 millions d’euros », précise également le directeur du GIP 2007.
Les comptes stabilisés de l’organisateur seront présentés lors d’un nouveau conseil d’administration, le 17 janvier. D’ici là, selon Bernard Lapasset, « une réunion des villes, des collectivités locales et territoriales, du mouvement sportif et de l’Etat, parties prenantes, pourrait déboucher sur des actions visant à favoriser le développement du rugby ».
* Voir gazette des Communes du 27 août 2007.

Interview de Joël Quancard, adjoint aux sports de Bordeaux, porte-parole du Club des Villes organisatrices *

« Créons un fonds en co-gestion pour des projets locaux »

Comment le Club des villes organisatrices perçoit-il le bénéfice inattendu
annoncé par le GIP France 2007 ?

Le chiffre de 24 millions d’euros est évidemment bien supérieur à nos extrapolations et nous savons qu’il sera, au final, compris entre 10 et 15 millions, après impôts notamment. C’est le montant finalement disponible qui nous importe, car, outre le remboursement des sommes engagées par la FFR, il doit permettre des actions destinées au développement du rugby. La bonne gestion du GIP, en particulier dans la vente des dernières places, ainsi que le remplissage record des stades (95%) doivent désormais bénéficier à tout le monde…

Est-ce pour cela que les villes hôtes ont appelé à la création d’un Fonds spécial
géré conjointement avec la FFR et l’Etat ?

En effet, les dix villes hôtes de la Coupe du Monde ont joué un rôle majeur dans ce résultat. Elles ne veulent pas que l’argent leur soit redistribué bien entendu, mais qu’il permette des projets sur lesquels elles pourront se prononcer, qu’elles pourront élire. C’est pour elles un juste retour des choses, compte tenu de leur forte mobilisation et de leur investissement (accueil des équipes, organisation de la compétition) et de celui de plusieurs départements et régions.

* Bordeaux, Lens, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Paris, Saint-Denis, Saint-Étienne, Toulouse

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

24 millions d’euros de bénéfice pour la Coupe du Monde de rugby : le Club des villes pour la création d’un fonds en co-gestion pour des projets locaux. Interview exclusive de Joël Quancard, porte parole du Club des villes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement