Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Finances

Toutes les régions n’utilisent pas tout le potentiel de la TIPP

Publié le 23/11/2007 • Par Olivier Berthelin • dans : France

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les conseils régionaux de Franche Comté, et Poitou- Charente viennent de décider de ne pas utiliser tout le potentiel de la part régionale de la taxe intérieure sur les pétroles (TIPP). De son côté la Corse arrêtera sa décision en assemblée plénière le 7 décembre.
« Cette taxe sur les produits pétroliers constitue une des rares ressources dynamiques des régions qui tirent la plupart de leurs ressources des dotations de l’Etat », précise-t-on à l’association des régions de France où les réfractaires à cette mesure de fiscalité indirecte font un peu figure de marginaux.
Si l’enjeu financier de la TIPP s’avère plus symbolique que crucial, il influe néanmoins sur la gestion des services et oblige les présidents de région à se positionner de manière originale sur les questions de l’environnement, de la ruralité et de la dynamisation de l’économie locale.
« Si nous décidons en définitive d’augmenter notre part de TIPP, nous utiliserons ces 3 à 4 millions d’euros supplémentaires pour encourager les énergies renouvelables », précise-t-on à la région Corse.
Pour sa part, la Franche Comté renforce les consignes d’économie dans la gestion de ses services pour renoncer aux 2,4 millions d’euros que lui rapporterait une augmentation de sa part de TIPP qu’elle maintient au niveau de 2007.
Argumentant sur le soutient au pouvoir d’achat des ménages, la région compte aussi sur cette effort particulier pour augmenter son attractivité vis-à-vis de ses voisines, qui utilisent à plein leur part régionale sur la TIPP.
Poitou Charente qui, le 19 novembre, a renoncé à un potentiel de 20 millions d’euros, argumente sur la typologie rurale de son territoire. Celle-ci ferait peser l’essentiel du prélèvement sur les personnes contraintes d’utiliser un véhicule pour se rendre au travail.
« Les 36 millions d’économie que nous avons réalisé l’année dernière en améliorant notamment les dispositifs de formations individualisés, moins onéreux et plus efficaces que les stages collectifs, nous permettent de renoncer à cet impôt sans réduire les efforts de la région », justifie Jean-Luc Fulachier, DGS du conseil régional.

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Toutes les régions n’utilisent pas tout le potentiel de la TIPP

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement