Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Culture

Haute-Normandie. A Rouen, la restitution de la tête Maori vire au casse-tête

Publié le 13/12/2007 • Par Patrick Bottois • dans : Régions

Après avoir été suspendue par le juge des référés du tribunal administratif de Rouen (Seine-Maritime) le 24 octobre, la restitution de la tête d’un guerrier Maori par la ville de Rouen à la Nouvelle-Zélande semble très mal engagée. Le commissaire du gouvernement, a rendu ses conclusions en émettant un avis négatif sur cette restitution. Il suit en cela l’avis de Christine Albanel, la ministre de la culture qui refuse que la cité normande restitue cette tête maorie qu’elle a en dépôt depuis 1875 dans son Muséum d’histoire naturelle.
Elle craint en effet que la décision rouennaise «n’ouvre la boîte de Pandore» et que cet exemple soit suivi sans contrôle par d’autres collectivités à propos d’objets de collections publiques.
Même si l’affaire n’est pas encore jugée, le geste de la ville de Rouen risque fort d’être annulé. Mais n’a pas fini de faire du bruit. Pierre Albertini, le maire de Rouen, a en effet indiqué qu’il restituerait la tête lui-même si la situation reste bloquée et qu’il verra bien «s’il est sanctionné ou mis en prison».
L’élu estime cependant qu’il existe une solution pour en finir avec ces «péripéties indignes» : une proposition de loi, que prépare pour le Sénat Catherine Morin-Desailly (ex-UDF), sénatrice et adjointe de la municipalité rouennaise, concernant le sujet.

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Haute-Normandie. A Rouen, la restitution de la tête Maori vire au casse-tête

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement