logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/109104/les-ter-bretons-affichent-des-resultats-en-hausse/

TRANSPORTS FERROVIAIRES
Les TER bretons affichent des résultats en hausse
Xavier Debontride | Actualité Club Techni.Cités | Régions | Publié le 11/04/2012 | Mis à jour le 22/07/2013

Avec plus de 10 millions de voyages en 2011, en hausse de près de 6%, les trains express régionaux (TER) de la région Bretagne se classent parmi les plus performants de France. De nouveaux investissements sont prévus dans du matériel roulant de grande capacité.

Heureux comme un usager du TER en Bretagne ! A en croire le palmarès réalisé par le magazine spécialisé Ville Rail et Transports, la région se classe au top des autorités organisatrices de transport « en raison de la qualité du réseau, de la progression de l’offre, de la régularité ». Dix ans après le transfert aux conseils régionaux du transport régional de voyageurs (loi SRU [1] de décembre 2000, qui a pris effet au 1er janvier 2002), la Bretagne a visiblement gagné sa bataille du rail. « Cette situation est largement due à la qualité des relations qu’entretiennent nos équipes avec la SNCF. En Bretagne, 96% des trains arrivent à l’heure et nous gagnons des voyageurs sur la route, alors même que notre réseau de voies express est sans péage », souligne Jean-Yves Le Drian, président (PS) du conseil régional de Bretagne.

Trajets domicile-travail – En 2011, le nombre de voyageurs a progressé de 5,7%, avec plus de 10 millions de voyageurs transportés en TER. Et depuis janvier 2012, la hausse atteint 6%. « La croissance de la fréquentation est particulièrement sensible autour des agglomérations : il existe une forte demande de service public pour les trajets domicile-travail », constate Gérard Lahellec, le vice-président de la région en charge des transports.

Politique tarifaire incitative  – Parmi les facteurs explicatifs de l’attrait du TER breton, la politique tarifaire pratiquée par le conseil régional joue un rôle essentiel : alors que la subvention versée à la SNCF s’élève à 130 millions d’euros, les recettes attendues en 2012 s’élèvent à 42,8 millions d’euros, ce qui signifie que le voyageur ne paie en moyenne qu’un tiers du coût de son trajet.

Rames de grande capacité – Des investissements significatifs (200 millions d’euros) ont d’ores et déjà été annoncés pour poursuivre la modernisation du parc roulant. Ainsi, 17 trains à deux étages de grande capacité (de 330 à 500 places assises) feront leur apparition sur le réseau à partir de 2014. De quoi préparer le triplement de la fréquentation du TER (par rapport aux chiffres de 2001), à l’horizon 2020.

POUR ALLER PLUS LOIN