Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Europe
  • Un compromis sur l’interconnexion électrique franco-espagnole à trouver d’ici au 30 juin

Energie

Un compromis sur l’interconnexion électrique franco-espagnole à trouver d’ici au 30 juin

Publié le 14/01/2008 • Par Euractiv.fr • dans : Europe

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

A la suite de la publication du rapport du coordinateur européen sur le projet d’interconnexion électrique entre la France et l’Espagne, Mario Monti, Nicolas Sarkozy et José Luis Zapatero, réunis pour le XXe Sommet franco-espagnol, ont annoncé leur volonté de voir émerger une solution de compromis d’ici au 30 juin 2008. Le dossier est cependant loin d’être bouclé.

En bref:
Une étape supplémentaire a été franchie dans le projet de mise en place d’une ligne très haute tension (THT) entre la France et l’Espagne.
Ce dossier, déclaré prioritaire par la Commission européenne en 1994, stagne depuis des années. Cette réalisation est cependant particulièrement urgente pour l’Espagne, qui reçoit moins de 3% de son électricité via le territoire français et pourrait connaître d’importants problèmes d’insuffisance énergétique. Le Portugal est également concerné.

Une déclaration conjointe a été signée par les chefs d’Etat espagnol et français, réunis à Paris le 10 janvier, à l’occasion du XXe Sommet franco-espagnol. Cette déclaration fait état de plusieurs décisions concernant le « serpent de mer » de la liaison électrique:
– Un compromis satisfaisant sur les plans économique et environnemental devrait voir le jour d’ici fin le 30 juin 2008.
– A cette fin, une entreprise conjointe, créée à parts égales entre RTE (Réseau de transport électricité) et REE (Red Electrica de Espana), les sociétés gestionnaires du réseau public de transport d’électricité dans les deux pays, devrait voir le jour. Elle aura pour mission de réaliser les études techniques, environnementales et financières préalables et financera les coûts liés à la réalisation de la liaison électrique.
– Enfin, un groupe intergouvernemental composé de représentants des différents services intéressés dans les deux Etats membres sera créé prochainement pour, notamment:
• assurer le suivi des études techniques,
• apporter aux acteurs locaux des réponses par rapport aux attentes exprimées,
• trouver d’ici à la fin juin 2008 un compromis satisfaisant sur les plans économique et environnemental.

Ces décisions ont été prises à la suite des recommandations formulées par le coordinateur européen du projet d’interconnexion entre la France et l’Espagne, Mario Monti, dont le rapport, remis à la Commission européenne en décembre dernier, a été rendu public le 10 janvier.

Plusieurs questions de taille restent cependant en suspens à la suite du Sommet franco-espagnol.
1. Quel tracé ?
Tout d’abord le tracé de la ligne. Si le gouvernement espagnol semble avoir signifié que le tracé de la ligne très haute tension suivrait le corridor par lequel passent le TGV et l’autoroute, «il n’y a pas d’hypothèse officielle», selon Mario Monti, qui a précisé qu’il souhaitait travailler à un projet d’ensemble en concertation avec toutes les personnes concernées. Allusion aux groupes écologistes et de riverains, fermement opposés à la construction de nouvelles lignes THT, celles-ci présentant, selon eux, des risques sanitaires et environnementaux.
«Les risques pour le paysage et la densité de population seront pris en compte pour déterminer le tracé», a indiqué Mario Monti, avant d’ajouter: «A ce niveau d’analyse, on ne peut pas du tout exclure qu’une partie de la ligne sera enfouie à des conditions économiques et environnementales acceptables.»

2. Un budget exceptionnel
Fait exceptionnel pour ce type de ligne THT, une partie pourrait donc être construite sous la terre, comme l’a confirmé Nicolas Sarkozy le 10 janvier, lors de la conférence de presse. Or si le kilomètre de ligne en plein air est évalué à 600.000 euros, son enfouissement coûterait entre 10 et 12 fois plus cher, selon des chiffres communiqués par le quotidien « Les Echos » du 12 janvier.<

Thèmes abordés

marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un compromis sur l’interconnexion électrique franco-espagnole à trouver d’ici au 30 juin

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement