Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Présidentielles

Les réponses des candidats aux intercommunalités

Publié le 23/03/2012 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Décentralisation, finances locales, interco, … : les postulants à la charge suprême ont répondu aux questions de l’Assemblée des communautés de France.

Le grand chelem ! Tous les candidats à l’Elysée ont adressé une réponse au questionnaire de l’Assemblée des communautés de France (ADCF). Morceaux choisis.

Décentralisation – François Hollande (PS) s’oppose au rapprochement département-région né de la loi territoriale du 16 décembre 2010. Le président du conseil général de Corrèze discerne un pôle de proximité (commune, intercommunalité et département) d’une entité stratégique composée de la région et de l’Etat. Un mécano que Nicolas Sarkozy (UMP) écarte d’un revers de main. Pour le chef de l’Etat, il est, avant tout, urgent de mener une « revue générale des compétences » des collectivités sur le mode de la révision générale des politiques publiques (RGPP) entreprise par l’Etat. François Bayrou (MODEM) réclame, dans le même sillon, un pacte de « modération » entre les deux parties. Marine Le Pen (FN) place dans son viseur « les féodalités régionales qui se sont constituées au détriment de l’égalité entre les citoyens ». L’élue d’Hénin-Beaumont entend retirer à ces collectivités le noyau dur de leurs compétences : l’action économique. Jean-Luc Mélenchon (FDG) se fait prudent : « L’idée même de décentralisation a été détournée de son sens par le gouvernement Raffarin. Je propose que l’on fasse une évaluation de la situation. »

Finances – Nicolas Sarkozy dit « non » à un grand soir de la fiscalité : « L’heure n’est ni à la création d’impôts nouveaux, ni aux transferts d’impôts de l’Etat vers les collectivités. L’Etat prend déjà à sa charge plus d’un quart du produit de la fiscalité locale. » François Hollande se montre, a contrario, partisan d’une réforme. Le candidat (PS) évoque, notamment, « une révision du dégrèvement barémique de la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) ou une révision du plafonnement à la valeur ajoutée » qui « pourrait bénéficier en priorité aux intercommunalités les plus intégrées ». Eva Joly (EELV) plaide pour la création d’un fonds de péréquation des régions, de manière à mieux répartir la richesse produite en Ile-de-France. Quant à Jacques Cheminade (Solidarité et progrès), il souhaite qu’ « un point de CSG supplémentaire » soit affecté aux départements.

Intercommunalité – François Bayrou, ancien président du conseil général des Pyrénées-Atlantiques, se dresse contre le « big is beautiful ». « Je refuse des structures intercommunales où les communes sont trop nombreuses pour pouvoir faire entendre leurs intérêts » s’avance-t-il. Il trouve là un terrain d’entente avec… Jean-Luc Mélenchon. « Dans de nombreux départements, l’établissement des schémas départementaux de coopération intercommunale ont été l’occasion de déposséder les élus de leur capacité de choix au profit d’une vision technocratique basée sur la vision dépassée du « pôle d’excellence », équivalent en termes d’aménagement du territoire du « pôle de compétitivité » pour les entreprises », fulmine le tribun du Front de gauche. Les candidats d’extrême gauche mettent sur la table la question démocratique. « Les regroupements actuels sont pour la plupart fondées sur tout autre chose que l’intérêt des habitants : affinités politiques, richesses fiscales – et en tout cas jamais réellement soumis à décision populaire » fustige Philippe Poutou (NPA). Nathalie Athaud (LO) va plus loin. Elle milite pour « la révocabilité permanente des élus ». Eva Joly s’engage sur le chemin de l’élection au suffrage universel direct des délégués communautaires « sans fléchage ». Une voie que les favoris des sondages se gardent bien d’emprunter. Pour François Hollande, « il faut avoir l’humilité de reconnaître que les solutions sont nombreuses et le consensus encore difficile à dégager ».

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Sur le même sujet

  • Consulter le dossier du magazine de l'ADCF consacré aux réponses des candidats à l'élection présidentielle. 

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les réponses des candidats aux intercommunalités

Votre e-mail ne sera pas publié

ISIS

26/03/2012 10h16

Eloignés de tous et de toutes, les candidats n’ont qu’une vision urbaine de la situation. Habitante d’une petite commune rurale de moins de 200 habitants, j’aspire, je rêve d’un regroupement des « micro-communes » afin d’éviter le CLIENTÉLISME et les abus (légions) de pouvoir des maires. Depuis la décentralisation, les relations avec la Mairie se sont fortement dégradées.Ce sont les copains du Maire qui ont tous les droits y compris de bafouer les lois!!! Je suis profondément écœurée par ses pratiques autocratiques très éloignées des idéaux républicains.
Par ailleurs,cela permettrait aussi de faire des économies, ce qui dans notre période de pénurie serait bienvenue. Cela éviterait d’avoir des chemins goudronnés avec de superbes nids de poule sur lesquels on rajoute des gravillons très dangereux en période de pluie ou lorsqu’il gèle. Cela éviterait des procès interminaux…La liste n’est malheureusement pas exhaustive.
Je précise que ma famille habite dans la même commune rurale depuis plus d’un siècle! Je connais donc parfaitement le sujet.
J’en appelle donc à la raison. A quand le regroupement des micro-communes au sein de communautés de commune ou de canton?
Une citoyenne désabusée

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement