Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

développement durable

L’usine élévatoire de Saint-Nazaire, future vigie de l’estuaire de la Loire

Publié le 07/03/2012 • Par Jacques Le Brigand • dans : Régions

Le conseil régional des Pays de la Loire va transformer l'ancienne usine élévatoire du port de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) en un « centre d'interprétation et de valorisation de l'estuaire de la Loire ».

La collectivité veut en faire « un véritable lieu de vie, de débats et de rencontres à travers les prismes du développement durable » et, au-delà du seul estuaire, présenter « le système fluvial dans sa globalité » afin de mettre en perspective les autres projets qui lui sont liés : site Unesco, parcs naturels régionaux, etc.

Patrimoine local – L’activité du grand port maritime de Nantes-Saint-Nazaire, de moins en moins accessible au grand public en raison des règles de sécurité induites par la réglementation internationale, y sera aussi présentée. Désaffecté depuis 1989, ce bâtiment est l’un éléments du patrimoine remarquable de la cité, largement bombardée durant la Seconde guerre mondiale. Il est repérable à sa grande cheminée en briques rouges qui domine le Petit Maroc, surnom donné dans les années 1930 à ce vieux quartier portuaire par les pêcheurs bretons qui partaient vers les côtes du Maroc. L’usine, inaugurée en 1907, servait à approvisionner en eau le bassin pour le maintenir à flot.

Financé par l’Erika – Réalisé en plusieurs tranches, l’investissement avoisinera les 10 millions d’euros pour une inauguration programmée en 2015. Il sera l’un des trois dossiers financés pour partie avec les 8,5 millions d’euros d’indemnités perçues en début d’année par la région dans le cadre du procès de l’Erika : les deux autres projets concernent le château de Beautour à La Roche-sur-Yon (Vendée), légué en 1959 par le naturaliste Georges Durand à la ville, qui accueillera en 2013 un « centre de découverte, de culture scientifique et de recherche sur l’environnement et la biodiversité », et Litoralis à La Faute-sur-Mer (Vendée), épicentre de la tempête Xynthia en 2010. Ce dernier sera tout à la fois « lieu de mémoire » et centre de recherche dédié aux « enjeux du littoral et aux innovations en matière de prévention et de gestion des risques liés à la mer ».

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’usine élévatoire de Saint-Nazaire, future vigie de l’estuaire de la Loire

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement