Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

économie

Trois régions dénoncent les méthodes de négociation de Lactalis

Publié le 06/03/2012 • Par Jacques Le Brigand • dans : Régions

Aquitaine, Basse-Normandie et Pays de la Loire ont décidé vendredi 2 mars 2012 de suspendre leurs négociations avec Lactalis : depuis 18 mois, les régions travaillaient à l'octroi d'avances remboursables pour trois projets industriels menés à Saint-Martin-des-Entrées (Calvados), Craon (Mayenne) et Fumel (Lot-et-Garonne) par le groupe mayennais.

Les sommes en jeu portent sur une dizaine de millions d’euros d’aides, en plus de soutiens d’autres collectivités sur lesquels les régions n’ont pas d’informations, pour un investissement global évalué à une centaine de millions d’euros.

Les conseils régionaux estiment aujourd’hui que « les conditions d’un accompagnement transparent et profitable tant aux salariés, aux producteurs qu’aux territoires concernés ne sont manifestement pas réunies ».

Plusieurs griefs sont faits à Lactalis :

  • les discussions se sont toujours déroulées de façon bilatérales et jamais globales, laissant apparaître « de nombreuses zones d’ombre » ;
  • les 290 nouveaux emplois annoncés au total ne seraient pas des créations nettes puisqu’il « convient d’en retrancher les 130 emplois » supprimés à la fromagerie de Xertigny (Vosges) ;
  • l’absence de réponse quant à l’avenir de la Cibem, fabricant de boîtes de fromage situé à Saint-Pierre-sur-Dives (Calvados) récemment acquis par Lactalis et qui avait reçu de la région Basse-Normandie 1,3 million d’euros avant cette transaction ;
  • le blocage du processus de contractualisation laitière avec les éleveurs, le groupe refusant toujours de reconnaître les Organisations de producteurs (OP).

Réserves du Commissariat général à l’investissement – Leur méfiance est renforcée par la position du Commissariat général à l’investissement qui, dans un courrier envoyé il y a quelques mois, manifestait « beaucoup plus que de coutume des réserves extrêmement importantes ».

Pour les trois présidents régionaux, tous socialistes, Alain Rousset (Aquitaine), Laurent Beauvais (Basse-Normandie) et Jacques Auxiette (Pays de la Loire), « la balle est désormais dans le camp des dirigeants de Lactalis ».
Et notamment de son PDG Emmanuel Besnier avec qui ils « souhaitent discuter de façon globale de la stratégie du groupe ».

Comme à son habitude, Lactalis « ne souhaite faire aucun commentaire ». « Multinationale familiale », le leader mondial des produits laitiers affiche un chiffre d’affaires de 14,7 milliards d’euros.

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Trois régions dénoncent les méthodes de négociation de Lactalis

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement