Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Quatre profils-types

Publié le 05/03/2012 • Par Laurence Denès • dans : Dossiers Emploi

De l'analyse détaillée des résultats de notre enquête, émergent quatre profils-types de territoriaux : "l'enthousiaste", "le critique", "le sceptique", "l'autonome". Ces profils sont principalement déterminés par le type de collectivité dans laquelle ils travaillent, leur filière, leur âge, et leur métier. Explications, et témoignages.

Le plus enthousiaste

17 % des répondants sont des « enthousiastes affirmés », dont les taux de satisfaction et de fierté frôlent les 99 % ! Ils sont en totale adhésion avec le projet porté par l’institution, dont ils saluent, à 90 %, la reconnaissance et vantent le fonctionnement (dynamisme, qualité des pratiques managériale…) à plus de 80 %.

  • Catégorie : A
  • Filière : Administrative
  • Activité : Économie, Tourisme
  • Age : moins de 26 ans ; entre 41 et 55 ans
  • Type de collectivité : intercommunalités rurales ou périurbaines, communes de moins de 5 000 hab.

Delphine Simo, attachée territoriale aux services économie et juridique de la CC de l’Autunois (22 communes, 26 000 hab., Saône-et-Loire).

A 26 ans, j’inaugure ma vie active au sein d’une communauté de communes rurale dans le cadre de laquelle semblent réunies les meilleures conditions de mon épanouissement professionnel. D’abord parce qu’elle est portée par des projets stratégiques forts à la hauteur de l’avenir aujourd’hui promis aux intercommunalités. Ensuite parce que sa dimension modeste rapproche forcément les élus des agents, et la hiérarchie des personnels, ce qui confère une forte dynamique d’ensemble. Enfin, parce que la variété des missions qui me sont confiées donne un grand intérêt au travail que j’effectue tout en m’offrant enrichissement et progression professionnels. Ce que je fais a du sens.

Le plus critique

22 % des agents interrogés sont des « critiques dominants ». Plutôt de sexe masculin, ils sont insatisfaits à 74 %, et tous réévaluent ce niveau à la baisse sur les derniers mois. Neuf répondants sur dix souffrent d’un manque de reconnaissance de la part des élus et de la hiérarchie, la pression de cette dernière étant durement ressentie par les deux tiers des personnes.

  • Catégorie : A, B ou C
  • Activité : Sécurité, Culture, Éducation, Sanitaire et social.
  • Age : 41 à 55 ans
  • Type de collectivité : Conseil général, SDIS

Patrick A, 45 ans, sergent-chef sapeur-pompier

L’administration n’est plus qu’une vieille dame, certes élégante mais aux conceptions surannées ! Sous la triple autorité de l’État, d’élus qui le plus souvent nous méjugent et d’une hiérarchie elle-même coincée par un système psychorigide, les agents manquent totalement d’espace pour travailler autrement. Pire : il leur est demandé toujours plus, avec moins de moyens et aucune reconnaissance, ni matérielle, ni humaine. Or, comment travailler sans celle-ci ? Et n’est-il pas temps d’adapter enfin l’outil de travail à l’agent plutôt que l’inverse ?

Le plus sceptique

28 % des agents sont des « sceptiques confirmés », mis ou se sentant mis à distance par l’institution, même si les valeurs du service public participent de leur engagement. 80 % sont persuadés d’être sans avenir au sein de leur établissement, tandis qu’un sur deux envisage une mobilité.

  • Catégorie : A, B
  • Filière : Sanitaire et sociale, Culture, Technique
  • Activité : Services techniques, Aménagement, Enfance et Petite enfance, Sanitaire et social
  • Age : entre 26 et 40 ans
  • Type de collectivité : Conseil régional, conseil général, commune de plus de 50 000 habitants

Claudine Roeser, travailleur social au conseil général de la Nièvre

D’expérience, je sais que le stress du service rendu n’est rien comparé à celui que peut provoquer l’indifférence d’une institution à l’égard de ses agents. Trop souvent en effet, les jolis principes managériaux ne sont que de belles paroles tandis que, tenus éloignés de toute concertation, les personnels se sentent assujettis aux choix de l’encadrement supérieur, sans que leurs attentes ou envies n’aient été prises en considération. La plupart du temps, les raisons mêmes de ces décisions ne sont d’ailleurs pas plus explicitées, et on se retrouve à naviguer à vue, sans objectifs clairs à ses missions. L’absentéisme puise fréquemment ses causes dans de telles carences managériales. Reste alors à espérer qu’ailleurs sera différent…

Le plus autonome

26 % des répondants sont des « autonomes convaincus » qui en appellent à la confiance de la hiérarchie (61 %) et à la bonne utilisation des compétences de chacun (60 %) pour accomplir leurs fonctions, neuf sur dix étant particulièrement satisfaits d’en profiter pour acquérir de nouvelles compétences.

  • Catégorie : A, B
  • Filière : Administrative, Culturelle
  • Activité : Administration, Culture, Éducation
  • Age : 26 à 40 ans
  • Type de collectivité : Conseil régional, conseil général, commune de plus de 10 000 habitants

Ariane Jurquet, 46 ans, assistante qualifiée de conservation du patrimoine au musée de Bastia (43 500 hab, Haute-Corse)

Ce qui m’anime avant tout, c’est la passion de mon métier, avec l’envie de mettre notre patrimoine à portée de tous ceux qui ne peuvent être collectionneurs ! Parce que la réussite de cette ambition passe par le portage politique et administratif de mes projets, les relations développées avec les élus et la hiérarchie m’apparaissent de toute première importance. Pour autant, je reconnais me sentir parfois un peu extérieure à l’institution, sans doute à cause de la singularité de mes missions, mais peut-être tout simplement aussi pour des raisons topographiques, mon bureau se situant bien sûr en dehors de l’hôtel de ville.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quatre profils-types

Votre e-mail ne sera pas publié

zefant

22/10/2012 11h32

Victime d’abus de pouvoir,un accident de service est survenu,reclassement en administratif ou encadrement.
Près un bilan de compétence,ma collectivité m’a donné une mission provisoire,achevée. Je suis dans l’attente de stage word et excel ,je vie dans un placard des situations difficile à vivre.Même après de nombreuses de travail, la reconnaissance n’est pas au goût du jour!!!!Une collectivité dans l’Ain de 65 personnes

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement