Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Intercommunalité

Adhésion à un syndicat

Publié le 19/03/2008 • Par La Rédaction • dans : Réponses ministérielles

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’association d’une commune et de la communauté de communes à laquelle elle appartient au sein d’un syndicat mixte n’est pas interdite mais suppose que chacun adhère au titre de ses compétences propres.

L’adhésion d’une commune à une communauté de communes entraîne le transfert des compétences prévues dans les statuts à la structure intercommunale. Ce transfert dessaisit la commune de l’exercice des compétences transférées. La communauté de communes est seule à pouvoir intervenir aux lieu et place de ses communes membres.
Ce principe, dit principe d’exclusivité, permet de clarifier le champ d’intervention des communes et des EPCI, l’un et l’autre ne pouvant intervenir concurremment.
La ligne de partage entre les compétences conservées par les communes et celles transférées à la communauté de communes résulte du périmètre de compétences assigné à l’EPCI. Ce périmètre de compétences est déterminé par les statuts du groupement qui définissent l’objet et la nature des compétences transférées et par l’intérêt communautaire qui en précise l’étendue.

S’agissant des actions de développement économique, la communauté de communes en est titulaire, au titre des compétences obligatoires prévues aux articles L. 5214-16 et L. 5214-23-1 du CGCT, dans la limite du champ que lui ont assigné les communes et de l’intérêt communautaire qu’elles ont déterminé sur cette compétence particulière.
Dès lors, l’association d’une commune et de la communauté de communes à laquelle elle appartient au sein d’un syndicat mixte n’est pas interdite mais suppose que chacun adhère au titre de ses compétences propres, la commune au titre de celles qu’elle continue de détenir, nonobstant son adhésion à la communauté de communes, la communauté de communes au titre des compétences qu’elle a acquises.
Dans un tel cas de figure, l’extension des compétences de la communauté de communes par une révision de son objet ou une modification de l’intérêt communautaire mérite d’être étudiée dès lors que l’objet du syndicat mixte présente un intérêt supra communal.

Références

QE de Marie - Jo Zimmermann , JO de l'Assemblée nationale du 18 mars 2008, n° 14912
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Adhésion à un syndicat

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement