Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

grand âge

Ehpad : un coût moyen de 2 416 euros par résident

Publié le 30/01/2012 • Par Catherine Maisonneuve • dans : France

L’observatoire KPMG publie son enquête 2012 sur les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) : le coût moyen d’un résident est de 2 416 euros et son reste à charge de 1 412 euros.

Le groupe KPMG a publié, jeudi 26 janvier 2012, l’enquête annuelle de son observatoire des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) non lucratifs et publics, à partir de données portant sur l’exercice 2010 de 169 établissements hors Ile-de-France (135 privés non lucratifs et 34 publics).

« C’est la première fois que nous mettons en commun les données du non lucratif et du public, note Loïc Ballet, associé KPMG. Notre échantillon d’Ehpad publics, autonomes ou gérés par des collectivités, est encore restreint mais nous allons l’élargir l’année prochaine, et également ouvrir nos indicateurs comparatifs au privé lucratif. »

Degré de dépendance en augmentation – Mesuré par le GIR moyen pondéré (GMP)(1), le niveau de dépendance des résidents en Ehpad est en constante augmentation depuis 2007 passant de 575 à 620 en 2010.

Le taux d’encadrement moyen pour prendre en charge l’hébergement et la dépendance des résidents, donc hors soins (infirmiers et quota d’aides-soignants), s’établit à 0,57 équivalent temps plein (ETP).
Cette moyenne couvre un écart – à affiner sur un panel plus important, dit Loïc Ballet –, selon le statut juridique de l’établissement : 0,64 pour les Ehpad publics contre 0,55 pour les non lucratifs.

Prise en charge : 79 euros par jour – Le coût net moyen d’un résident s’établit à 2 416 euros par mois, soit 79,2 euros par jour (78,8 euros pour les Ehpad privés non lucratifs et 81 pour les Ehpad publics).

Plus le niveau de dépendance est élevé, plus le coût net moyen journalier de prise en charge augmente. Ce coût moyen est :

  • de 72,6 euros pour la tranche GMP inférieure à 600,
  • de 77,4 euros pour la tranche GMP 600 à 700
  • et de 88,67 euros pour la tranche GMP supérieure à 700.

Les établissements dont la capacité est comprise entre 70 et 89 lits présentent les coûts moyens de prise en charge les plus bas.

Coût dépendance et soins en hausse – Le coût d’une journée d’hébergement s’élève en moyenne à 42 euros pour un résident (40,5 dans les Ehpad publics), à un niveau stable par rapport au dernier observatoire.

A l’inverse, le coût de la dépendance, qui comprend les dépenses liées à la prise en charge de la perte d’autonomie, est en augmentation. Il s’établit par jour et par résident à 12,57 euros en moyenne (GIR 3-4)(2) contre 8,81 euros en 2008, et pour le GIR 1-2 à 18,87 euros contre 15,05 euros en 2008.
De la même manière, le coût des soins, qui comprend le personnel médical et les dépenses médicales courantes, est en augmentation pour s’établir à 24,5 euros par jour et par résident, contre 22,20 euros en 2008.

Reste à charge de 1 412 euros par mois – Le reste à charge médian pour le résident est de 1 412 euros par mois. Il est plus élevé au sein des Ehpad privés non lucratifs (1 419) que dans les Ehpad publics (1 397).
Les seconds ont une fourchette beaucoup plus resserrée (1 140/1 624 euros) que les premiers : entre 1 068 euros et 2 409 euros, sommet néanmoins atteint que par deux ou trois établissements.

Une santé financière contrastée – La structure financière des Ehpad est globalement saine. Néanmoins, près d’un tiers des établissements présente un niveau de fonds de roulement net global inférieur à 70 jours d’exploitation.
La fragilité financière potentielle de ces derniers doit être cependant relativisée dans certains cas au regard du soutien en trésorerie que peuvent prodiguer les entités gestionnaires de ces établissements.

« L’augmentation du degré de dépendance et des coûts de prise en charge qu’elle entraîne contraignent les Ehpad à une gestion de plus en plus ingénieuse, note Loïc Ballet : les ressources des familles ne sont pas extensibles et les financements publics sont de plus en plus difficiles à trouver. »

Notes

Note 01 Du moins dépendant au plus dépendant : GMP inférieur à 600, compris entre 600 et 700, et supérieur à 700. Retour au texte

Note 02 Les niveaux de dépendance (grille AGIR) sont définis de la dépendance complète (GIR 1) à l’autonomie totale (GIR 6). Retour au texte

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Ehpad : un coût moyen de 2 416 euros par résident

Votre e-mail ne sera pas publié

alaindrome

11/11/2012 08h25

Dépendance : Vaste sujet entretenu depuis de nombreuses années par les gouvernements successifs et les multiples missions des élus si rattachant .

Aujourd’hui nous ne comptons plus les rapports , missions pour lequel nous nous interrogeons sur la pertinence et éfficacitée … un grand nombre d’études finissant au fond des tiroirs …pour recommencer l’année suivante …. Un mal Français plus soucieux de missions , rapports que de trouver des solutions concretes ….parfaitement entretenue par nos édils successif des gouvernements passés et actuelle.!!!!

Depuis 2009 nous dénonçons les dérives tarifaires des EHPAD des hopitaux nord Drome

2009 + 17% = 170 euros par mois à la charge des résidants et les familles

2010 + 6% =90 euros par mois

2011+6% =90 euros par mois

2012 + 6% = 90 euros par mois

2013,14,15 6 à 7 % de programmé 95 à100 euros par mois

De décembre 2009 à aout 2012 :37% d’AUGMENTATION : 2 355200 euros d’euros payé par les résidants et les familles .

Nous avons au cours des trois années rencontrés: à deux reprises Monsieur Didier Guillaume Président du conseil Géneral, sénateur et vice président à l’assemblée…. pour ces augmentations (sa réponse mettre au normes les EHPAD des Hopitaux nord Drome et agrandir les EHPAD …le terrain prévue pour l’agrandissement en Octobre 2012 n est toujours pas vendu.?…..Sauf que depuis 2009 les résidants et famille paient =2.355200 d ‘euros de recettes supplémentaire a fin 2012 pour les EHPAD nord Drome ….Ce flux financier servant à financer Saint Vallier.

Monsieur Didier Guillaume en tant que Sénateur était pourtant intervenu à l’assemblée sur le sujet …question N°565 du 21 /5 /2009 :impact du cout des travaux dans les établissements d’hébergement pour personnes agées dépendantes sur le prix de journée du par les résidants : réponse le 24/6/2009 par la secrétaire d’état à la famille et la question N° 19538 sur le financement des maisons pour l’autonomie :question caduque ?.

Mais avec 3 casquettes : difficile à porter.:Une pour suivre l assemblée , une en tant que président du conseil géneral:valider les tarifs des EHPAD , en tant que sénateur …pour défendre les citoyens ?

Puis, nous avons rencontré Monsieur Pieneck chargé des personnes agées au conseil géneral ( sans commentaire ), Messieurs Raud et Haegel direction de solidarité et personnes handicapées ; Madame Morel directrice de L’ARS de valence qui se perd un peu dans l application de la convention tripartie signé pour 5 ans appliqué au bout de 3 ans , Monsieur Bertholet à l’époque Maire de Romans sur isére et président de l ‘EHPAD, Monsieur Belle du coderpa , le médiateur de la République , de multiples courrier avec La FNAPAEF, age village avec lequel nous entretenons un suivit,, madame le ministre Madame Bachelot et actuellement :Madame Marisol Touraine , madame thoraval ex députée de la 4 eme circonscription de Romans et Madame Nieson députée que nous avons rencontré le 27 septembre 2012, etc

Nous avons égallement alerté la presse à de multiples occasions :Dauphiné liberée, l’impartial , Drome hebdo,radio France bleue, de nombreux articles publiés sur notre action

Plus récemment nous avons contactés plusieurs médias nationaux :Monsieur Pujadas TF1 chaqu’un se souvient de l enquete les infiltrés, le Figaro, le nouvel observateur , le point , L’express,médiapart , libération,Europe 1, radio France bleue,France inter …beaucoup ont déja abordés le sujet de la dépendance mais trop dans la forme aucun sur le fond ,encore moins en véritable journaliste d’investigation!!!!

Au delà des chiffres chacun pourrait s’interroger sur les moyens engagés pour la bien-traitance des résidants et leur familles …La réponse :d’après nos propres investigations est plus subtil et démontre au passage l ‘imcompétence de nos dirigeants à résoudre les problémes de notre Pays en matiére de dépendance …..Est il besoin de rappeler le rapport du Député Laroque qui déja en 1962 alertait sur la pyramide des âges. 50 ans se sont écoulé…..certe …des nouvelles taxes sont programmées pour financer la Dépendance.

En octobre 2011 le rapport de L’IGAS (inspection génerale des affaires sociale)concernant les EHPAD public est tombé comme un couperet pour confirmer ce que nous dénonçons depuis 2009:

Dans son paragraphe 47:La section hébergement à la charge du résidant:Ces trois sections sont réputés étanche entre elles.En pratique il s’agit plutôt d’une fongibilité assymétrique, la section hébergement restant à la charge des résidants peuvent le cas échéant compenser les insuffisance de financement des deux autres sections .

Plus ancien mais tout aussi explicite :le mémoire de Mélanie Gaudillier (mémoire de l’école nationale de santé public) qui indiquait déja d’aprés une étude consacrée à la tarification des EHPAD public menée en 1996 par la direction de l’action sociale que les dépenses de soins de base sont financés par l hébergement à hauteur de 28,83 frs (4,40 euros par lit et par jour …ainssi de nombreux postes de personnels soignant émargent indûment au poste hébergement .
.
Madame Catherine Knockaert gérante de L’EHPAD « les jardins d’Eléonor « à saint Jean Le Blanc ‘alertait en janvier 2010 le Président de la République sur les besoins des soignants et de considérer que la DDASS aujourd hui L’ARS sous-estime dans son enquéte mené par les inspecteurs ,le calcul du Pathos moyen pondéré servant dans le calcul des besoins en personnels. (en réalité ne faisant qu ‘appliqué les déficits de moyens.)
..Résultat :les EHPAD sont dans l obligation de porter sur la partie hébergement les augmentations tarifaire pour ne pas faire subir aux résidants la mal traitance lié a un sous effectif ….. Résidants et familles en deviennent les payeurs.

La charente libre titrait le 6janvier 2011: Ils renoncent à leur très cher maison de retraite ,Le télégramme au 1 octobre 2011 :A kersalic: les familles saisissent la justice, les élus ont voté une subvention exceptionnelle pour atténué la hausse des tarifs…insuffisant pour les familles,La nouvelle République en date du 8 mai 2012 EHPAD:NON A la Hausse des tarifs d’hébergement …la liste serait trop longue pour étre énuméré ici…preuve d’un malaise national sur le sujet .

La cour des comptes dans son rapport de novembre 2005 sur une étude concernant un échantillon de 10 départements , le directeur de la DGAS a évalué à environ 1500 euros le coût moyen mensuel d ‘hébergement .Rapproché des 419000 personnes dépendantes placées en établissement en 2008, permet de calculer le montant global du reste à charge relatif aux frais d’hébergement , soit environ 7,5 milliard d’euros .

Le rendez vous de la FNAPAEF du 22 octobre 2012 avec Madame Michelle Delaunay, Ministre déleguée aux personnes agées et à la perte d’autonomie à convenue de la gravité de cette situation et a confimé qu’elle comptait s’y atteler sans exprimer ces moyens financier à mettre en oeuvre .Madame Delaunay est d’accords avec l’analyse de la FNAPAEF sur le reste à charge mais n’apporte pas de précision sur la politique de maitrise à mettre en oeuvre ….La dépendance et les tarifs restant à charge …sont sans aucun doute repoussée aux calandes Grecque !!!!!

Cette politique mené depuis de nombreuses années engendre aujourd hui une catastrophe sociale pour de nombreuses familles dans l’obligation de reprendre leur Parents faute de pouvoir assumer ces augmentations tarifaires supportés au fil des ans : COMBIEN SONT ILS ?
Aujourd’hui les personnes agées sont traitées comme une charge qu’autre chose, on ne prend pas en compte les contributions passées qu’elles ont apportées à la société et qui ont fait que nous vivons dans le monde d’aujourd hui…. A méditer!!!

Il restera toujours la solution préconisée par un député Allemand (sur le blog de Pascal Thibaut) »
L’Allemagne vieillit. La prise en charge des personnes âgées coûte de plus en plus cher. Les retraites, même avec des aides publiques, ne suffisent plus pour payer des foyers onéreux. Les enfants ne veulent pas ou ne peuvent pas payer pour leurs parents. Un député chrétien-démocrate promeut une solution déjà pratiquée à la marge : l’exportation des vieux là où leur prise en charge coûte moins cher.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X