Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • « La culture du risque doit s’enseigner dès l’école » – Danielle Bazin, vice-présidente de l’IFFO-RME

prévention des risques

« La culture du risque doit s’enseigner dès l’école » – Danielle Bazin, vice-présidente de l’IFFO-RME

Publié le 26/01/2012 • Par Guillaume Roussange • dans : France

Danielle Bazin, vice-présidente de l’Institut français des formateurs risques majeurs et protection de l’environnement (IFFO-RME), revient sur les premières assises des risques naturels organisées les 19 et 20 janvier 2012 à Bordeaux.

A l’occasion des premières assises des risques naturels, la ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet a déclaré que la France a besoin « de se forger une culture du risque ». Partagez-vous ce point de vue ?

Oui, tout à fait. Sur le plan juridique, il est clair que la France dispose d’un arsenal réglementaire complet. Là où le bât blesse, c’est au niveau des dispositifs d’information et de sensibilisation des citoyens. Il faut parfaire l’apprentissage des risques naturels et technologiques à l’école, notamment dans les zones les plus exposées.

C’est pourquoi, l’IFFO-RME plaide pour que les élus articulent les plans communaux de sauvegarde (PCS) avec les plans particuliers de mise en sûreté (PPMS) des établissements scolaires, auxquels élèves et parents pourraient être davantage associés.
Nous pensons également qu’il faut développer les exercices de simulation.

[Retourner au sommaire]

Vous militez également pour une préservation de la mémoire de ces événements…

En effet, bien qu’il faille prendre ce terme avec certaines précautions, les risques naturels n’ayant pas, en France, de conséquences aussi dramatiques que dans d’autres régions du monde. Heureusement, leur impact est dans la plupart des cas économique.
Il faut donc relativiser cette question.

Toutefois, il convient d’être attentif à cette question de la mémoire, car le traumatisme des sinistrés est bien réel. Pour ce faire, des solutions simples existent comme la pose de repères de crues pour les inondations.

En qualité de commissaire enquêteur, vous travaillez dans le département de la Somme. Quelles ont été les actions menées par l’IFFO-RME avec ses partenaires ?

Au niveau de la mémoire justement, nous travaillons par exemple avec le Centre permanent d’initiative à l’environnement (CPIE) afin de recueillir les témoignages des sinistrés. Ces contributions ont été éditées sous forme de livret.

En termes d’éducation aux risques, nous avons également travaillé avec le syndicat mixte d’aménagement du bassin versant de la Somme (Ameva), l’inspection académique et les services de la Dréal afin de produire un document pédagogique qui a été distribué à tous les élèves de 5ème du département.

Nous avons souhaité que cette question des risques majeurs fasse l’objet d’un travail interdisciplinaire. Bien souvent, elle est laissée au seul soin des professeurs de géographie, alors qu’elle concerne également les enseignants de SVT ou de physique.

[Retourner au sommaire]

Pour vous, comme pour la ministre de l’Ecologie, les maires sont donc « les premiers acteurs de la gestion du risque » ?

Je le pense en effet. De mon point de vue, ils endossent le rôle le plus difficile en devant, chaque jour, expliquer des décisions parfois complexes, difficiles, à leurs administrés.
Les édiles sont particulièrement exposés, d’autant qu’un des enjeux à relever est de mieux prendre en compte la question des risques majeurs dans les documents d’urbanisme et d’aménagement du territoire (PLU, PADD, SCOT).

Les maires ne sont toutefois pas les seuls responsables et il est nécessaire que l’Etat et les collectivités territoriales veillent à l’application des réglementations existantes, ce qui n’est pas toujours le cas aujourd’hui.

Cela peut paraître être un lieu commun, mais tout le monde doit se sentir concerné par la question des risques. C’est pour cela qu’il est à la fois nécessaire de sensibiliser le citoyen, l’élu local, mais également de travailler à des échelons plus globaux, intercommunaux, interdépartementaux, interrégionaux…
Dans ce cadre, la coopération européenne est importante, par exemple en ce qui concerne les risques sismiques (en Alsace) ou les risques industriels. On se souvient tous de l’accident des usines Sandoz, près de Bâle, en Suisse, qui toucha l’ensemble du Rhin…
Depuis la loi de Tazieff de 1982 qui affirmait que « tout citoyen doit connaître les risques qui le menacent », les choses ont peu avancé.

[Retourner au sommaire]

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

« La culture du risque doit s’enseigner dès l’école » – Danielle Bazin, vice-présidente de l’IFFO-RME

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X