Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Elus

Détournement de fonds publics

Publié le 11/04/2008 • Par La Rédaction • dans : Réponses ministérielles

Le président d’une collectivité qui utilise à des fins étrangères à celles prévues des fonds publics ou privés de sa collectivité se rend coupable de détournement de biens.
L’article L. 432-15 du Code pénal réprime le fait pour une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, un comptable public, un dépositaire public ou l’un de ses subordonnés, de détruire, détourner ou soustraire un acte ou un titre, ou des fonds publics ou privés, ou effets, pièces ou titres en tenant lieu, ou tout autre objet qui lui a été remis en raison de ses fonctions ou de sa mission. Cette infraction sanctionne l’obligation de probité qui pèse sur les personnes publiques chargées du maniement et de la gestion de fonds ou de biens. Elle peut donc s’appliquer à un président de conseil général ou un maire, qui pourront être ordonnateurs des dépenses du département ou de la commune. Ainsi dans un arrêt en date du 20 avril 2005, la chambre criminelle de la Cour de cassation a jugé que « se rend coupable de détournement de biens, le dépositaire public qui utilise à des fins étrangères à celles prévues, les fonds publics ou privés qui lui ont été remis en raison de ses fonctions ou de sa mission, sans que l’article 432-15 du code pénal exige que le prévenu ait eu l’intention de s’approprier les fonds détournés ou qu’il en ait tiré un profit ». La Cour de cassation, dans un arrêt du 4 mai 2006, a estimé que le président d’un conseil général, dépositaire de l’autorité publique, qui utilise à des fins contraires à celles autorisées des crédits destinés à des actions ayant pour objet l’insertion des personnes en difficulté et inscrits au budget du département au titre de dépenses obligatoires, et qui a personnellement participé à l’attribution de ces crédits, se rend coupable de détournements de fonds publics. Une utilisation des crédits de la commune ou du département par un maire ou un président de conseil général en violation manifeste des règles d’affectation des crédits serait susceptible d’être poursuivie du chef de détournement de fonds publics.

Domaines juridiques

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Détournement de fonds publics

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X