Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Télécommunications

La construction et l’exploitation d’un réseau de télécommunication par les collectivités territoriales constituent-elles une aide d’état ?

Publié le 25/01/2012 • Par Delphine Gerbeau • dans : Réponses ministérielles

La loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique reconnaît aux collectivités le droit d’intervenir dans le domaine des communications électroniques, compétence codifiée dans l’article L. 1425-1 du code général des collectivités territoriales (CGCT). Les collectivités peuvent ainsi établir et exploiter des réseaux pour les mettre à disposition des opérateurs sur le marché de gros, voire fournir des services de communications électroniques de détail aux utilisateurs finals en cas d’insuffisance de l’initiative privée. Les collectivités territoriales sont reconnues par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) en tant qu’opérateurs, et peuvent être associées à ses travaux au même titre que les opérateurs commerciaux.

Les réseaux d’initiative publique (RIP) vont jouer un rôle essentiel pour le déploiement du très haut débit, car l’initiative privée ne pourra seule couvrir l’ensemble du territoire. Les initiatives publique et privée sont donc complémentaires, et devront s’articuler de façon cohérente pour remplir les objectifs du programme national très haut débit (PNTHD) de 70 % de la population couverte d’ici 2020 et 100 % d’ici 2025. Par ailleurs, la construction et l’exploitation d’un réseau de télécommunication par les collectivités territoriales sont susceptibles de constituer une aide d’État (au sens des articles 106 et 107 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne) dans la mesure où l’opérateur partenaire de la collectivité et les opérateurs utilisant le réseau final déployé peuvent en tirer bénéfice.

La Commission européenne a publié des lignes directrices communautaires pour l’application des règles relatives aux aides d’État dans le cadre du déploiement rapide des réseaux de communication à haut débit en septembre 2009, qui récapitulent la politique de la Commission en ce qui concerne l’application des règles du traité relatives aux aides d’État dans le cas des interventions publiques en faveur du déploiement des réseaux à haut et à très haut débit. En particulier, une aide pour le déploiement d’un réseau d’initiative publique sur une zone visée par l’investissement privé pour y déployer des réseaux dans un avenir proche ne pourra être jugée compatible avec le traité. Le programme national très haut débit ne prévoit donc pas de subventionner les projets des collectivités sur de telles zones.

Dans le cadre du programme national très haut débit, les actions des collectivités territoriales seront sécurisées grâce à un dialogue avec les opérateurs privés visant à délimiter les périmètres d’intervention des acteurs et assurer ainsi la sécurité juridique des collectivités territoriales au regard du droit communautaire. À cet effet, une circulaire du Premier ministre du 16 août 2011 relative à la mise en œuvre du programme national très haut débit et de la politique d’aménagement numérique du territoire, prévoit la création dans les régions de commissions consultatives régionales pour l’aménagement numérique du territoire (CCRANT) associant des représentants de l’État, des collectivités territoriales et des opérateurs, sous l’autorité du préfet de région, garant de la cohérence des projets et de la bonne couverture de tous les territoires. Elles auront pour objet de favoriser la qualité du dialogue entre les opérateurs privés et publics et s’assureront notamment de la bonne réalisation des engagements de chacun.

Cet article est en relation avec le dossier

Domaines juridiques

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

La construction et l’exploitation d’un réseau de télécommunication par les collectivités territoriales constituent-elles une aide d’état ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X