Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Finances

Ile-de-France. L’Essonne opte pour l’augmentation des taux de fiscalité directe

Publié le 14/04/2008 • Par Marion Kindermans • dans : Régions

Le conseil Général de l’Essonne, jugeant qu’il doit «faire face à une baisse de ses recettes de 11,5 millions d’euros par rapport à ce qui avait été prévu lors du vote du budget primitif» et «à une augmentation de dépenses de 2 à 2,5 millions d’euros» en raison de «nouvelles dispositions législatives ou règlementaires» et du poids de la décentralisation, a voté le 14 avril le recours au levier fiscal. Le département, dont le président Michel Berson (PS) a été reconduit fin mars pour un quatrième mandat, impute la baisse des recettes notamment au faible dynamisme de la taxe professionnelle (+1,7%) qui le prive de 5 millions de recettes, au transfert de compétences du RMI et de la prise en charge des personnels technique des collège dont «la baisse de compensation» est estimé respectivement à 1 million et 5 millions d’euros, et à l’insuffisance des dotations de l’Etat. Compte tenu des ces paramètres, l’ensemble des taux (taxe d’habitation, foncier bâti, foncier non bâti et taxe professionnelle) sont à la hausse, «en restant dans la limite de 10,5 millions d’euros de recettes supplémentaires». Le choix a été fait de limiter l’augmentation de la taxe d’habitation (de 6,68 à 6,91%), et ainsi de «faire peser la fiscalité moins lourdement sur les ménages que sur les entreprises».

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Ile-de-France. L’Essonne opte pour l’augmentation des taux de fiscalité directe

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X