Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Europe
  • L’Agence européenne de l’environnement appelle à réviser l’objectif des 10% de biocarburants dans les transports

Energie

L’Agence européenne de l’environnement appelle à réviser l’objectif des 10% de biocarburants dans les transports

Publié le 16/04/2008 • Par Euractiv.fr • dans : Europe

L’agence européenne pour l’environnement (European Environnemental Agency – EEA) a rendu, le 10 avril, un avis sur l’impact environnemental de l’utilisation des biocarburants dans les transports. Le texte recommande de suspendre l’objectif de 10% de biocarburants dans les transports d’ici 2020.
Les vingt scientifiques composant le comité de l’EEA ont en effet appelé à la suspension de cet objectif. Selon ce comité scientifique, c’est seulement à l’issue d’une nouvelle étude, qui devra être «plus complète sur les risques environnementaux et les avantages des biocarburants», qu’un nouvel objectif de long terme devra être fixé. Si la durabilité des biocarburants ne peut être garantie, cet objectif devra être modéré, insiste l’EEA.
Chargée de fournir à la Communauté et aux Etats membres les informations objectives nécessaires à la formulation et à la mise en oeuvre de politiques environnementales, l’EEA juge que la production de biocarburants n’emploie pas de manière optimale la biomasse, contrairement à la production de chaleur ou d’électricité.
Préoccupés par la préservation de la biodiversité, les scientifiques de l’EEA jugent que « l’utilisation de biomasse doit aller de pair avec l’amélioration de l’efficacité énergétique ».
De plus, l’EEA a évalué que la quantité de terres arables disponibles dans l’UE n’était pas suffisante pour remplir l’objectif de 10%. La mise en oeuvre de cet objectif occasionnerait donc une pression sur les terres, l’eau et la biodiversité. Le secrétaire général d’Ebio, l’association européenne du bioethanol, récuse cet argument sur la base d’études scientifiques démontrant que l’objectif des 10% est soutenable.
Une production insuffisante signifie aussi des besoins accrus d’importation de biocarburants. Or, l’EEA soutient qu’il est très difficile de contrôler la durabilité des biocarburants produits dans les pays tiers, où ils sont souvent la cause de la déforestation.
L’avis est salué par les groupes écologiques. Ainsi, Greenpeace souhaiterait que la France abandonne sa « politique volontariste de soutien aux agrocarburants » et appuie la recommandation de l’EEA. L’étude de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) sur les biocarburants, qui devait préciser la position française, se fait attendre. Elle devait à l’origine être publiée en avril 2008. Il semblerait cependant que seul un rapport d’étape méthodologique sera disponible à cette échéance. La question de l’objectif des 10% fait partie du paquet énergie-climat, qui sera discuté pendant la Présidence française de l’UE.
L’EEA et les groupes écologiques ne sont pas les seuls à dénoncer les biocarburants. Dans une interview accordée au quotidien Libération, le rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation, Jean Ziegler, accuse les politiques de soutien aux biocarburants des Etats-Unis et de l’Union européenne d’être à la base d’un « crime contre l’humanité ». Le rapporteur dénonce le rôle de la fabrication des biocarburants dans la flambée des prix alimentaires, à l’origine des émeutes de la faim qui secouent Haïti et l’Afrique.
Pourtant, l’exécutif européen affirme que la révision de l’objectif n’est pas à l’ordre du jour. La porte-parole de la DG Environnement de la Commission, Barbara Helfferich, a bien indiqué à EurActiv que la Commission continue de croire que l’objectif de 10% est réalisable «dans le cadre des critères de durabilité et la promotion de la deuxième génération de biocarburants».

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’Agence européenne de l’environnement appelle à réviser l’objectif des 10% de biocarburants dans les transports

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X