Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Les collectivités manqueront de 10 miliards d’euros en 2012, selon Philippe Laurent

Publié le 18/01/2012 • Par La Rédaction avec l'AFP • dans : Actualité Club finances, France

Philippe Laurent
Philippe Laurent J. Ber
Le manque d’offre de financement par le secteur bancaire serait de 8 à 10 milliards d’euros en 2012 estime l’Association d’étude pour l’Agence de financement des collectivités locales (AEAFCL) mercredi 18 janvier 2012. Un chiffre confirmé par Philippe Laurent, président de la commission des finances de l'Association des maires de France (AMF), dans un entretien le même jour à La Tribune.

« En l’absence de nouveaux outils dédiés à leur financement, les collectivités locales, dépendantes de l’offre bancaire, continueront non seulement de voir les taux d’intérêts qui leurs sont appliqués augmenter mais ne pourront pas non plus emprunter la totalité des 18 à 20 milliards d’euros par an nécessaires à la réalisation d’investissements publics indispensables et attendus », indique l’AEAFCL.
Le manque d’offre de financement par le secteur bancaire est estimé à 8 à 10 milliards d’euros en 2012, « ce qui est considérable et entraînera l’arrêt de projets déjà entamés ou indispensables, avec des conséquences dramatiques sur l’ensemble des acteurs économiques, et notamment les PME et TPE ».

« Sur 16 à 18 milliards d’euros en besoins d’emprunt, il manquera cette année près de 10 milliards aux collectivités », affirme quant à lui Philippe Laurent, maire (DVD) de Sceaux. La perte du triple A de la France « n’est pas le principal problème des collectivités locales en ce moment, c’est l’accès à l’emprunt ».

« Les deux seuls banques encore présentes sur le marché du financement du secteur public local – Caisse d’épargne et Crédit agricole – ne prêteront à elles deux qu’environ huit milliards d’euros », estime-t-il.
« Elles risquent d’être seules à soutenir financièrement les collectivités cette année: le leader historique du marché, Dexia, n’a aujourd’hui plus d’activité de prêt. La Caisse des dépôts craint pour son triple A et ne veut pas remettre au pot comme en 2011 », ajoute-t-il.

Marché obligataire – Selon lui, « il y aurait besoin à la fois de l’alliance CDC-La Banque postale » destinée à remplacer Dexia « qui apporterait entre trois et cinq milliards d’euros annuels, et de l’agence de financement » que veulent lancer les collectivités et « qui pourrait permettre d’emprunter cinq milliards d’euros par an sur le marché obligataire ».

A ce sujet, l’AEAFCL affirme qu’« Au moment où l’Etat s’adresse aux collectivités locales pour qu’elles participent à l’effort de maîtrise de la dépense, il a la possibilité de leur permettre, par cette mutualisation, de faire réaliser de substantielles économies d’une part et de soutenir les entreprises locales d’autre part ». Elle considère donc qu’« il ne tient qu’au Gouvernement de déposer un texte de loi créant l’Agence ».

Rappelant que les investissements des collectivités se montent à 50 milliards d’euros par an, Philippe Laurent précise dans La Tribune que 30 milliards se font par autofinancement, et le reste par l’endettement. « Si nous sommes contraints de réduire notre part d’autofinancement (en raison d’une baisse des dotations aux collectivités, ndlr), je suis convaincu qu’on aura une diminution significative des investissements avec le report des chantiers prévus. Cela va surtout se ressentir à partir de 2012 », prévient-il.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les collectivités manqueront de 10 miliards d’euros en 2012, selon Philippe Laurent

Votre e-mail ne sera pas publié

JM

19/01/2012 10h24

Bonjour,

Ce sont encore les particuliers et les petits contribuables qui vont trinquer de cette politique!
Je suis retraité et j’habite dans l’agglomération de Nancy, je ne suis pas imposable mais cela ne veut plus rien dire, 3000 Euros de taxe foncière et taxe d’habitation et encore avec un dégrèvement, et tous les ans c’est une augmentation exponentielle. Ou on va ? Avec l’augmentation du gaz et de l’électricité qui font de même et tout le reste, quand s’arrêtera cette spirale infernale ! L’augmentation des pensions une goutte d’eau dans un océan !

Un citoyen indigné et révolté qui ne croit plus en la parole des hommes politiques de droite comme de gauche.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X