Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Social

Grève contre la réduction des « jours du maire » à Pont-Saint-Esprit

Publié le 18/01/2012 • Par Sylvie Brouillet • dans : Actu Emploi, Régions, Toute l'actu RH

Le syndicat CFDT Interco a déposé un préavis de grève sur le bureau du maire de Pont-Saint-Esprit (Gard) pour le lundi 23 janvier 2012. Élu le 30 janvier 2011, Roger Castillon veut « remettre d’aplomb » le temps de travail, l’organisation et le régime indemnitaire des 254 agents en réduisant les congés exceptionnels de 13 jours - dont 11 « jours du maire » - à 5.

« La nouvelle équipe municipale a été élue pour remettre de l’ordre », assume Roger Castillon, maire de la commune gardoise de 10 000 habitants, en réponse à l’appel à la grève lancé par le syndicat CFDT Interco pour le lundi 23 janvier. Élu sur une liste « d’union républicaine » lors de l’élection municipale partielle du 30 janvier 2011, Roger Castillon a succédé à Gilbert Baumet, premier magistrat de Pont-Saint-Esprit depuis 1971 (sous diverses étiquettes, la dernière étant celle de l’UMP). Pont-Saint-Esprit est une commune très endettée, dont la mauvaise situation financière avait été soulignée dans le rapport 2009 de la Cour des comptes.

Négociations avec les syndicats – Depuis le 18 novembre 2011, la mairie a engagé des négociations avec les syndicats FO et CFDT Interco sur le temps de travail, l’organisation et le régime indemnitaire des 254 agents. Le conseil municipal du 19 décembre a même rappelé que la durée légale du temps annuel de travail est de 1 607 heures pour un agent à temps plein, car la commune chiffre le temps de travail réel à… 1 494 heures. « Une situation aberrante, juge le maire qui souligne un nombre d’heures supplémentaires anormalement élevé. C’est le résultat d’une pratique laxiste et démagogique de mon prédécesseur qui avait consenti 11 jours de congés du maire, certainement un record en France ».

Demande de compensations – À ces 11 jours s’ajoutent 2 jours de congés exceptionnels obtenus par les syndicats en 1970. Ces deux derniers jours ont été validés mais la commune, qui a consulté le centre départemental de gestion du Gard, veut réduire les « jours du maire » de 11 à 3. Roger Castillon, qui évoque cinq réunions plénières avec les syndicats depuis le 18 novembre, se dit « surpris » de l’attitude de la Cfdt et remarque que « FO, majoritaire, n’appelle pas à la grève ». « Nous avons déposé le 13 janvier un préavis pour une date suffisamment éloignée, le 23 janvier, pour permettre la reprise des négociations », indique pour sa part le responsable communication du conseil départemental CFDT Interco du Gard, qui se dit « prêt à transiger sur 5 jours. Il y a des choses qui doivent rentrer dans la norme et la situation budgétaire de Pont-Saint-Esprit est très tendue ». Mais le syndicat demande « des compensations pour les agents de catégorie C, très mal payés ». Une rencontre entre la mairie et la Cfdt est prévue jeudi 19 janvier.

Réorganisation des services – Outre le temps de travail, les négociations portent aussi sur l’organisation des services – un nouveau directeur général des services est arrivé en novembre 2011 et une modification de l’organigramme a été proposé – et le régime indemnitaire. « Il n’est pas clair et pas toujours acté par des délibérations », note le maire qui mentionne une récente alerte du trésorier sur une prime d’astreinte non réglementaire. « Nous voulons remettre le régime indemnitaire à plat, sur des critères votés en conseil municipal », ajoute-t-il. La prochaine réunion du comité technique paritaire (CTP) aura lieu le 3 février.

Régions

Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Grève contre la réduction des « jours du maire » à Pont-Saint-Esprit

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X