Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Finances publiques

Emprunts toxiques : une erreur d’inattention ?

Publié le 16/01/2012 • Par La Rédaction • dans : Opinions

Emmnanuel Fruchard

Emmnanuel Fruchard

Conseiller municipal (PS) de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), expert bancaire

Lorsque son rapport a été rendu public, les médias ont salué la transparence des auditions de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les emprunts « toxiques ». Ce satisfecit doit cependant être nuancé. On attendait un diagnostic objectif et de vraies pistes de solutions : malgré ses 120 pages, la synthèse du rapporteur présente un point de vue tronqué et souvent partial.

Quel montant à rembourser ? – Le document détaille certes l’encours de dette toxique. Mais il s’arrête à mi-chemin et n’analyse pas la valeur de marché – en anglais le « mark-to-market » – des emprunts en place. Or c’est là un point clé : quel montant – totalement invisible dans les comptes des collectivités – faudra-t-il rembourser ?
Il faut attendre la page 117 pour trouver une indication de la valeur de marché, qui serait, pour les emprunts de Dexia, « de l’ordre de 1 milliard d’euros ». Ce chiffre émane du directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, Augustin de Romanet, qui évoquait, lors de son audition, « au moins 1 milliard d’euros ».
Or Pierre Mariani, président du comité de direction de Dexia, a, lui, déclaré que « le mark-to-market global avoisine les 7 milliards d’euros ».

L’écart est énorme : Qui croire ? Selon moi, aucun doute : seul le montant de 7 milliards est crédible. La dette du conseil général du Rhône totalise à elle seule un « mark-to-market » supérieur à 400 millions d’euros, or elle représente 6,8 % de l’encours le plus toxique de 5,5 milliards d’euros. L’expérience montre que la valeur de marché est souvent supérieure à l’encours sur ces prêts les plus spéculatifs.

Encore un manque de transparence – Pourquoi le rapporteur [Jean-Pierre Gorges] a-t-il préféré le montant, sous-estimé, d’Augustin de Romanet à celui, vraisemblable, de Pierre Mariani ? Une erreur d’inattention est peu plausible.
Comme l’a signalé Henri Plagnol, membre de la commission : « Il s’agit d’un moment essentiel de nos auditions. » Constatons que le député Jean-Pierre Gorges est également maire et président de la communauté d’agglomération de Chartres [Eure-et-Loir]. Or ces entités ont des emprunts toxiques dont il n’a pas souhaité révéler la valeur de marché. Il n’est d’ailleurs pas le seul à être rattrapé par ses mandats locaux : d’autres membres de la commission sont dans la même situation. Ignorer le « mark-to-market », c’est continuer à spéculer et à produire des comptes insincères.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Emprunts toxiques : une erreur d’inattention ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X