Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • A la une
  • La France ne tiendra pas l’échéance de la transposition de la directive service, selon Jacques Toubon

Services publics

La France ne tiendra pas l’échéance de la transposition de la directive service, selon Jacques Toubon

Publié le 24/04/2008 • Par Euractiv.fr • dans : A la une, Europe

Sceptique quant à l’avancée des travaux de transposition en droit français de la directive européenne sur les services dans le marché intérieur, le député européen Jacques Toubon (PPE-DE) revient, dans un entretien pour EurActiv.fr, sur les enjeux de cette directive pour la France.
Alors que la France souhaitait transposer la directive services avant la Présidence Française de l’UE (PFUE), «l’état des lieux des travaux montre que nous ne parviendrons pas à tenir l’échéance», considère Jacques Toubon.
Un projet de loi de transposition devait à l’origine être examiné en Conseil des ministres avant le 1er juillet, date du début de la PFUE.
Pour le député, shadow rapporteur lors des discussions au PE sur la directive, les moyens déployés par la France ne sont pas suffisants pour parvenir à une «transposition exemplaire» telle qu’elle l’avait annoncé l’année dernière.
Si un comité interministériel pour la transposition a été mis en place, les équipes sont cependant «insuffisantes», selon le député. En outre, les administrations compétentes sont réticentes «à bousculer les situations établies».

La question non résolue des services sociaux d’intérêt général (SSIG)
Comme le rappelle Jacques Toubon, si certains services sociaux, tels que le logement social ou les services à la petite enfance, sont explicitement exclus de la directive, la jurisprudence de la Cour européenne, d’une part, et l’interprétation qu’en fait la Commission d’autre part, s’appliquent à ces services sociaux.
Ces services ne peuvent déroger aux règles de la concurrence qu’à condition que la relation entre l’autorité publique et le prestataire de services soit régie par un «acte de mandatement», c’est à dire une obligation de prester, qui diffère de la simple «autorisation» appliquée en France.
En effet, dans l’Hexagone, la plupart du temps, l’initiative vient d’une association ou d’un organisme, qui soumettent à l’administration un projet de prestation de service social. Sans appel d’offre ou acte de mandatement, l’administration autorise l’association en question à prester ce service. Le mandatement n’existe donc pas vraiment, il s’agit d’une délégation de service public, qui est surtout propre au secteur des réseaux.
Si les autorités nationales ne se conforment pas à cette procédure du mandatement, qui représenterait un changement important dans la conception de la délégation de la gestion des SSIG, le financement accordé aux prestataires risque d’être considéré, par la Commission et la CJCE comme une aide d’Etat, et donc comme une violation des règles du traité.
«Un très gros problème est donc posé ici », estime le député. « Nous devons mettre en cohérence nos régimes avec la directive ».
A cet égard, Jacques Toubon souhaite que la France profite de le Présidence française de l’UE pour «mettre en place un calendrier européen» pour les SSIG, même si celui ci ne pourra prendre effet qu’après le renouvellement des institutions européennes de l’année prochaine. La France devra ainsi « trouver un consensus parmi les Etats et la Commission sur le fait qu’on ne peut plus ignorer ces questions et qu’il faut les traiter».
Si la Présidence y parvient, l’apport sera, selon le député, «considérable».

Une compatibilité parfois délicate entre la directive et l’actuel droit français
Pourtant, les enjeux de l’intégration de cette législation dans le droit interne français sont très importants ; certains éléments vont «entraîner une adaptation de nos institutions», précise l’eurodéputé.
Et Jacques Toubon de détailler les grands problèmes de compatibilité posés par la transposition en France. Première difficulté : l’urbanisme commercial. «Nous ne pourrons plus restreindre l’installation des grandes surfaces dans les mêmes conditions».
Dans un tout autre domaine, les professions réglementées vont, elles aussi, être bousculées par la transposition de la directive. Même si certaines d’entre elles, telles que celles des notaires, des pharmaciens,<

Thèmes abordés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La France ne tiendra pas l’échéance de la transposition de la directive service, selon Jacques Toubon

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X