Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Notation

Perte du triple A : quelles conséquences pour les collectivités ?

Publié le 16/01/2012 • Par Raphaël Richard • dans : A la une, A la Une finances, Billets finances

Dossier-Notation
Kromosphere - Fotolia.com
Alors que Standard & Poor’s a dégradé la note triple A de la France vendredi 13 janvier 2012, certaines collectivités devraient maintenant en subir les éventuelles conséquences. La note souveraine étant en effet le maximum pouvant être attribué aux acteurs publics d’un pays.

« Les agences nous ont annoncé juste avant le vote de notre budget 2012 que nous avions la certitude d’être dégradés si la France l’était, c’est mécanique. La fiabilité de notre signature dépend-t-elle à ce point de celle de l’Etat ? Nous n’avons pas la même dette, pas le même fonctionnement, pas la même structure de dépenses. Si la France était dégradée de deux crans nous le serions d’autant. Ce qui est problématique vis-à-vis des investisseurs. » Voici ce que confiait à La Gazette Marie-Pierre de la Gontrie, 1ère vice-présidente (PS) en charge des finances du conseil général d’Île-de-France, quelques jours avant l’annonce.

La région, également notée par Standard & Poor’s comme Lyon et la Caisse des dépôts, devrait donc perdre son précieux triple A. Un mécanisme qui s’explique par le cadre institutionnel de fonctionnement des collectivités et leur lien avec les finances nationales. Seules quelques rares collectivités dans le monde ne sont pas liées à leur souverain, et à sa note, comme le Pays basque espagnol par exemple qui relève lui-même la fiscalité.

Peu de collectivités touchées – Les conséquences de cette baisse de note pour les collectivités, une petite trentaine sont notées, est toutefois à relativiser. Elle ne touchera que les collectivités notées triple A par Standard & Poor’s. Celles avec une note plus basse ne seront pas soumises à cette dégradation automatique, tandis que celles notées par une des deux autres agences seront épargnées.

Ensuite, la baisse des notes ne touchera pas forcément les conditions d’emprunt. D’une part, les banques disposent de leurs propres indicateurs et l’influence de la note sur leur avis n’est pas avérée – même si c’est parfois un plus –, d’autre part, les marchés ont anticipé cette dégradation pour la France, donc aussi pour les acteurs publics.

Reste à savoir si la perte du AAA pourrait fragiliser le projet d’Agence de financement des collectivités. Elle pourrait en effet avoir besoin de ce sésame pour négocier les conditions les plus favorables. Fitch et Moody’s seront sans doute prêtes à lui accorder…

Cet article est en relation avec le dossier

4 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Perte du triple A : quelles conséquences pour les collectivités ?

Votre e-mail ne sera pas publié

cyril

17/01/2012 12h43

Oui enfin un peu d’objectivité me semble nécessaire non ? S&P a dégradé la note de la France de AAA à AA+. L’agence Fitch Rating et l’agence Moody’s ont annoncé, quant à elles, qu’elles maintenaient la France à AAA. Votre titre est trompeur, ce qui est étonnant s’agissant de La Gazette…

logique

17/01/2012 08h36

Ne parlons nous pas trop vite ?
UNE seule agence de notation sur TROIS a diminué la note de la France…
On l’écoute et on dramatise…
Si le contraire arrivait qu’une seule agence sur trois augmente la note, on n’en ferait pas cas… Pourquoi ce pessimisme ?
Ces agences de notation sont à la botte de la finance :
écoutons plutôt ce visionnaire : Thomas Jefferson, 3ème président des Etats Unis qui disait en 1802 :
« Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis »… visionnaire, non ! et tellement au goût du jour…

Alcide

17/01/2012 02h11

Ce que S&P a fait c’est exactement ce que fait n’importe quel banquier quand il instruit un dossier de prêt : il vous note et de cette note il déduit le taux qu’il applique dépendant du « risque » du prêt.
Reste à savoir comment les banques interprête cette baisse de note. De ce côté la question reste entière.

stoppeur

17/01/2012 06h16

Le but (non avoué) des agences de notation n’a pour autre but que faire monter la note des emprunts à rembourser aux banques et autres institutions financières… Le pire scénario qui puisse ressortir de cette crise, c’est l’annulation de certaines dettes de collectivités victimes de prêts toxiques… D’où les atermoiements des agences de notation qui peuvent conduire au pire, tant pour les collectivités dans le rouge que pour ceux qui leur ont prêté…

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X