Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Regain de croissance et suppression de TP

Publié le 06/06/2011 • Par La Rédaction • dans : Billets finances

Certains observateurs doutent du rôle de la suppression de la taxe professionnelle (TP) dans le regain de croissance au premier trimestre.

Plusieurs membres de la majorité présidentielle n’ont pas hésité à attribuer à la suppression de la taxe professionnelle le regain de croissance enregistré par la France au premier trimestre. Mais, certains doutent de la vertu économique de cette réforme. « Les choix d’implantation des entreprises ne reposent que très marginalement sur des critères de fiscalité, souligne Olivier Landel, délégué général de l’Association des communautés urbaines de France. La qualité de vie qu’offre un territoire, le niveau des services publics prédominent ».

Des avis divergents

A l’inverse, le moindre retour en fiscalité attendue de la contribution économique territoriale, par rapport à l’ancienne TP, risque de réduire l’appétence des élus locaux pour le développement économique de leur territoire. « Les entreprises nous demanderont plus, parce qu’elles sauront que, privés de tout pouvoir sur le taux de cotisations sur la valeur ajoutée des entreprises, nous ne pourrons plus exiger d’elles une contribution supérieure », estime Philippe Adnot, président du conseil général de l’Aube. « Les élus locaux ne possèdent le plus souvent qu’une faible culture économique, la réforme de la TP risque d’aggraver le phénomène », ajoute Patrick Brenner, membre du conseil scientifique d’Europa.
D’autres encore pointent une incohérence : les régions, échelon pertinent du développement économique, sont aussi les plus pénalisées par la réforme. « [ Elles ] sont les seules collectivités qui peuvent ouvrir des agences économiques à Shanghai ou à Los Angeles. Pourquoi poursuivre dans cette voie si elles n’en tirent plus de bénéfice ? », interroge un expert. Autant de propos que conteste vigoureusement Charles-Eric Lemaignen, président de l’Assemblée des communautés de France : « Alors que tout le monde voulait cette réforme, à droite comme à gauche, on lui attribue déjà tous les maux de la terre, clame-t-il, confiant dans le dynamisme à venir d’un nouvel impôt selon lui mieux corrélé avec la vitalité économique des territoires ».

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Regain de croissance et suppression de TP

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X