Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

SANTE-SOCIAL

Prévenir le mal-être au travail : le rôle central des DRH

Publié le 06/06/2011 • Par Pénélope Puymirat • dans : Dossiers Emploi

Plusieurs enquêtes de Dexia Sofcap pointent la pénibilité physique des tâches exigées des agents : port de charges lourdes, gestes répétitifs... Mais elles révèlent aussi un manque de reconnaissance et de soutien de la part de la hiérarchie, responsable de stress et de souffrance. Et là, les responsables RH avancent en terrain "sensible", car éminemment subjectif...

Avec 22 000 collectivités et 700 000 agents qui leur sont attachés, Dexia Sofcap dispose d’un bel échantillon pour évaluer l’impact des conditions de travail sur la santé des agents. Une question d’autant plus prégnante que la durée de la vie professionnelle va en s’allongeant. L’organisme a mené plusieurs enquêtes, entre 2008 et 2010, avec le concours des centres de gestion (CDG) de la Charente-Maritime, de la Haute-Savoie et de l’Isère.

Originalité de la démarche : l’attention portée à la perception qu’ont les agents de leurs conditions de travail et de leur santé.

Une question de ressenti

L’accent est mis sur la subjectivité. Les statistiques sur l’absentéisme sont éloquentes. « Plus les agents sont âgés, plus les arrêts de maladie sont longs », explique Pierre Souchon, directeur de l’ingénierie « santé et travail » chez Dexia. Toutefois, « elles ne permettent pas d’expliquer pourquoi ». Les troubles musculosquelettiques, le stress et la fatigue, donc les absences et les arrêts de maladie, résulteraient directement de la façon dont l’agent se sent - physiquement et psychiquement - dans son travail. Ces enquêtes confirment ce postulat.

Ainsi, en Haute-Savoie et en Charente-Maritime, où les agents ont répondu massivement aux questionnaires (1), le CDG de l’Isère a enquêté auprès des 50 ans et plus. Mais il a complété son étude par une autre, visant les agents exerçant 10 métiers ciblés, sans distinction d’âge. Les résultats des quatre études sont quasi similaires : « C’est comme s’il y avait une culture territoriale dépassant largement les enjeux régionaux », pointe Pierre Souchon.

En Isère, plus de 7 territoriaux sur 10 en mal de reconnaissance éprouvent des douleurs (62 % parmi ceux s’estimant reconnus).
Ceux qui souffrent de troubles du sommeil se sentent insuffisamment soutenus par leur équipe
.

CDG de l’Isère

 13 000 agentsAgir de façon préventive afin de minimiser les coûts

Le centre de gestion (CDG) de l’Isère insiste sur la nécessité de faire de la prévention pour que les collectivités ne voient pas leur coût d’assurance augmenter à outrance. Afin que le spectre des maladies professionnelles, de l’absentéisme et de l’usure recule, il faut agir avant qu’il ne soit trop tard. En outre, « le prolongement de la vie active n’est pas accompagné de mesures qui permettent de bien vieillir dans son poste », s’indigne Edith Martin, directrice du centre de gestion. Un management de qualité, une attention portée à la personne et, surtout, un reclassement anticipé sont les solutions évoquées, plus ou moins faciles à envisager en fonction de la taille des collectivités : « Le reclassement est plus difficile dans les petites collectivités. Comme les agents y sont souvent polyvalents, ils sont assignés à des tâches variées. Au sein des structures plus importantes, leur trouver une autre occupation dans leur filière semble plus facile. » Cet accompagnement individuel et collectif est d’autant plus nécessaire que les agents interrogés dans le cadre de l’enquête du CDG déclarent être fiers de leur travail. Un constat qui ravit Edith Martin : « Alors que l’on essaie de torpiller la fonction publique, cette enquête montre que 88 % des agents interrogés s’estiment satisfaits du travail qu’ils réalisent. » Le CDG de l’Isère gère environ 13 000 agents.

En Charente-Maritime, 64 % des agents considèrent leur travail comme usant.

CDG de Charente-Maritime

2 907 agents - Réduire la pénibilité du travail des agents des collèges

Pour enrayer l’absentéisme croissant du personnel des collèges, le conseil général de la Charente-Maritime a établi une dizaine de fiches pratiques afin d’ élaborer des plans d’action visant à réduire les facteurs de pénibilité au travail.
« Parmi les actions envisagées : associer les agents à l’achat du mobilier scolaire ou privilégier un matériel d’entretien facilitant le nettoyage des surfaces », explique Jérôme Briend, directeur des ressources humaines (DRH). De plus, le département tend à favoriser la polyvalence au sein des équipes afin qu’un agent ne soit pas, par exemple, affecté seulement à la plonge, mais puisse aussi servir les repas ou accueillir les enfants. Des postes supplémentaires ont en outre été ouverts pour reclasser les anciens TOS sur les postes d’accueil.
Enfin, dans les établissements où le nombre de services est le plus important, un avancement de grade de technicien territorial a été proposé aux chefs de cuisine remplissant les conditions statutaires. « Auparavant, ils étaient bloqués dans le système de l’Education nationale. Cet avancement est une reconnaissance de leur travail », estime le DRH.

Quand il s’agit d’identifier les causes de la pénibilité, les facteurs psychosociaux sont évoqués en premier par le personnel travaillant dans la restauration collective ou les services à la personne.

« Un travail pénible n’est pas forcément physique. Et un manque de soutien peut avoir des effets négatifs beaucoup plus importants que les facteurs biomécaniques, explique Frédéric Feille, ingénieur en prévention des risques professionnels au CDG de la Charente-Maritime. Les employés des espaces verts ressentent plus fortement les contraintes physiques, mais la pénibilité de leur activité n’est pas aussi prégnante que dans les métiers en tension: services à la personne, restauration collective… »

Le facteur valorisation

Comment expliquer ces différences ?
« Le travail des employés des espaces verts est souvent mis en avant par les élus. Le résultat est visible. Dans la restauration collective ou le nettoyage des locaux, c’est ce qui ne va pas qui est repéré. Lorsque le travail est satisfaisant, on n’en parle pas », note Frédéric Feille. Un avis partagé par Françoise Descamps-Crosnier, maire de Rosny-sur-Seine et auteure de  La précarité dans la FPT, rapport publié par le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale, mars 2011. « Avec le concours des villes fleuries, notamment, les agents participent à la valorisation de l’image de leur commune. Leur travail est reconnu par les élus et la population. » Une attention portée à la personne pour un collectif qui se porte mieux : la clé d’un management d’avenir ?

Des modes d’organisation sur la sellette

D’après Anne-Marie Gallet, chargée de mission à l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail, « il y a une dizaine d’années, le regard était plus porté sur les comportements individuels, en raison, notamment, des ouvrages de Marie-France Hirigoyen, qui dénonçait le harcèlement au travail. A cause des événements dramatiques à France Télécom, on s’est intéressés à l’organisation du travail en tant que telle et à l’influence du collectif sur les individus. »
« Les directions sont attentives à la souffrance individuelle, mais ne savent pas comment l’appréhender », précise toutefois sa collègue Marie-Benoîte Sanglerat.
La gazette, 20/06/2011

Cet article fait partie du Dossier

L'absentéisme des agents publics : un symptôme, des remèdes

Sommaire du dossier

  1. Idées vraies, idées fausses sur l’absentéisme dans les collectivités locales
  2. Absentéisme pour raisons médicales : quelles idées évacuer, quelles solutions mettre en place ?
  3. Absentéisme : les fonctionnaires territoriaux ne sont pas des fainéants
  4. L’absentéisme dans la fonction publique territoriale progresse de 26% en 8 ans
  5. Absentéisme dans la fonction publique : des chiffres et des êtres
  6. « L’absence est presque toujours une coproduction »
  7. Absentéisme : 3 fois plus d’arrêts dans les grandes collectivités que dans les petites
  8. Hausse de l’absentéisme: un symptôme, pas une fatalité
  9. Le coût élastique de l’absentéisme dans la fonction publique territoriale
  10. Fonction publique territoriale : le jour de carence a réduit l’absentéisme de courte durée
  11. Le lien entre absentéisme et jour de carence est-il établi ?
  12. Combattre l’absentéisme et ses conséquences
  13. Des leviers pour prévenir l’absentéisme
  14. Horaires atypiques : une pénibilité méconnue
  15. Vers une généralisation du contrôle par l’assurance maladie des arrêts de travail en 2016
  16. Prévenir le mal-être au travail : le rôle central des DRH
  17. Psychologues du travail : une présence à asseoir
  18. Roussillon : des agents d’entretien plus professionnels et moins souvent absents
  19. Clermond-Ferrand : un groupe de travail pluridisciplinaire sur les risques psychosociaux
  20. Identifier le stress de ses collaborateurs
  21. « La proximité donne du sens et de la reconnaissance » – Entretien avec Michèle Cros, médecin de prévention

Notes

Note 01 61 % de ceux de 50 ans et plus interrogés en Charente-Maritime, 58 % en Haute-Savoie. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Prévenir le mal-être au travail : le rôle central des DRH

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X