Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Restauration scolaire

Cantines : le ministère place les menus sous surveillance

Publié le 03/10/2011 • Par Isabelle Verbaere • dans : A la une, France

D.R.
Le décret sur les règles nutritionnelles est paru dimanche 2 octobre 2011. Les professionnels redoutent l’absence de dialogue avec les services de contrôle.

Le ton est donné: « Nous allons surveiller les menus, avertit Bruno Lemaire, ministre de l’agriculture. Il doit y avoir : 

  • plus de produits laitiers,
  • plus de fruits au dessert,
  •  le moins possible de friture,
  • et une alternance entre viande et poisson dans la semaine ».

Attendu depuis un an, le décret et l’arrêté détaillant les règles nutritionnelles à suivre par la restauration scolaire sont parus au Journal Officiel ce dimanche 2 octobre 2011.
Ces règles fixent notamment la taille des portions mais aussi la fréquence à laquelle tel ou tel groupe d’aliment doit être présentés aux enfants, sur une série de 20 repas.

Agrores craint l’inspection coercitive – Le décret prévoit que les services vétérinaires vérifient l’application de cette réglementation sur la base des menus et des fiches techniques des plats présentés au cours des trois derniers mois. « Il est essentiel que ces inspections soient constructives, qu’elles permettent d’instaurer un dialogue avec les professionnels, sinon ils vont se braquer, prévient Christophe Hebert président de l’Association nationale des directeurs de restauration municipale (Agores). Or j’ai eu l’occasion de rencontrer les responsables des services vétérinaires en charge de la restauration collective, lors de réunions au ministère. Leur conception des contrôles est coercitive. Pas question de faire du conseil, c’est le retour du bâton qui s’annonce ».

Encore un an pour les petites cantines – Les règles nutritionnelles sont entrées en application le jour même de la publication du décret et de l’arrêté au journal officiel, le 2 octobre.
Sauf dans les petites cantines, qui servent moins de 80 repas par jour. Celles-ci bénéficient d’un sursis d’un an.

Références

Décret no 2011-1227 du 30 septembre 2011 relatif à la qualité nutritionnelle des repas servis dans le cadre de la restauration scolaire

Cet article est en relation avec les dossiers

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Cantines : le ministère place les menus sous surveillance

Votre e-mail ne sera pas publié

ALIMAS

04/10/2011 07h39

(09A359A01). LA SANTÉ EST UN DES CINQ DÉFIS AUQUEL EST CONFRONTÉ UN ÊTRE HUMAIN (L’ÉDUCATION, L’INSTRUCTION, LA FORMATION, LA SANTÉ ET LE TRAVAIL, SA VIE DURANT). Il se trouve que l’alimentation participe pour une grande part, à l’équilibre de ses cinq défis. Je souhaite que chaque enfant soit une courroie de transmission entre l’école et sa propre famille pour que cette dernière reprenne à son compte, ses devoirs d’éducation. Un corps en bonne santé est certainement plus réceptif au niveau de l’esprit.

ssrw38

04/10/2011 08h07

Pourquoi pas une grille nationale de menu à respecter de la Bretagne à l’Alsace de Lille à Perpignan faisant fi des produits locaux et de la météo. L’Etat encore une fois impose sans se mouiller financièrement. Faites ce que je dis pas ce que je fais !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X