En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV

Logo Gazette.fr

Fiche n° 1. L’évolution des finances publiques

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Fiches de révision

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

© D.R

Les finances publiques ont évolué dans un triple cadre : politique, économique et financier. Dans chacun de ces trois cadres, on retrouve le clivage traditionnel qui oppose deux grandes catégories : les finances publiques classiques qui correspondent à la période allant de la Restauration à l’entre-deux-guerres et les finances publiques modernes correspondant à la période contemporaine.

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Les finances publiques 1 : les règles budgétaires

 

I – LE CADRE POLITIQUE

A – De l’Etat libéral à l’Etat providence

a) L’Etat libéral

Les finances publiques classiques se développent dans le cadre d’un Etat libéral, c’est-à-dire d’un Etat qui laisse le maximum de liberté aux particuliers sur le plan économique. C’est donc un Etat « minimalitaire » selon l’expression de Marcel Prélot, homme politique et un constitutionnaliste français.

En effet, de la Restauration à la Première Guerre mondiale, l’Etat n’exerce que des compétences réduites. Celles qui manifestent classiquement la puissance régalienne :

  • les relations internationales par le canal de la diplomatie ou par le biais des armées ;
  • la sécurité intérieure grâce à la police et à la justice.

En bref, l’Etat libéral est un Etat gendarme. L’économie, la culture, le développement social tous ces secteurs sont laissés à l’initiative privée.

b) L’Etat providence

A la suite de la grande crise de 1929 mais surtout de la Seconde Guerre mondiale, l’Etat va intervenir de plus en plus, dans le domaine économique comme dans le domaine social. L’intervention de l’Etat se fera directement à travers les nationalisations, dont les toutes premières sont liées à la guerre (les mines de potasse d’Alsace et les chemins de fer de l’Est). Ensuite, plusieurs vagues se succéderont (1936, 1945, 1982). Mais c’est de manière indirecte que l’intervention se fera le plus souvent, c’est-à-dire par le biais de réglementations qui encadrent de plus en plus les activités économiques et sociales.

Si depuis une quinzaine d’années, la tendance semblait s’inverser, dans un contexte de maîtrise des finances publiques avec la multiplication des privatisations, l’Etat semble à nouveau revenir sur le devant de la scène (voir notamment le « décret Alstom » du 14 mai 2014 qui a étendu à l’énergie et aux transports le mécanisme de protection des activités « stratégiques » contre les investisseurs étrangers, et permet une intervention de l’Etat dans ces cas-là).

B – La fin de la prépondérance parlementaire

Les finances publiques classiques correspondent à une période où le Parlement développe ses prérogatives face à l’exécutif et devient de plus en plus puissant.
Le droit budgétaire traduit cette puissance et la consacre. Mais cette prépondérance parlementaire va s’estomper et disparaître à l’époque moderne.

a) Les principes de droit budgétaire consacrent la puissance parlementaire

Deux grands types de principes vont voir le jour et contribueront au même but.

1° Les principes d’autorisation

Le budget est une autorisation de dépenses et de recettes donnée par le Parlement au gouvernement. Cette autorisation se transforme en pouvoir dès lors qu’elle est suffisamment précise. C’est pourquoi le principe de l’annualité va limiter l’autorisation dans le temps et le principe de la spécialité va limiter l’autorisation dans son objet : les dépenses sont précisées dans des chapitres budgétaires.

[...]

Réservé aux abonnés

S'abonner

Lire le texte intégral de la Fiche n° 1 - L'évolution des finances publiques

Testez vos connaissances : répondez au quizz !

Haut de page

Aujourd'hui sur

les Clubs Experts de la Gazette

Éclairage public : vous avez dit smart ?

La transition des collectivités françaises vers le monde de l’éclairage intelligent s’opère lentement. D’un côté, plusieurs dizaines de projets réalisés et en cours ; de l’autre, l’attentisme de milliers de communes. Les contraintes réglementaire et ...

Comment le projet de loi NOTRe veut améliorer la transparence financière dans les collectivités

Le projet de loi sur la Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) contient quatre types de dispositions essentielles pour améliorer la transparence financière dans la gestion des collectivités locales. Le décryptage de ces mesures par Paul Hernu ...

Radicalisation : quelle formation pour les fonctionnaires territoriaux ?

Conçu en 2014 par le Comité interministériel de prévention de la délinquance, le seul cursus portant sur la radicalisation ne désemplit pas. 1 300 agents publics issus de l'Etat mais également des collectivités la suivront en 2015. De son côté, le CNFPT ...

Administrateur territorial : « Un jury déçu par le niveau des candidats du concours externe »

Pierre Laplane, directeur général des services de la ville et de l’eurométropole de Strasbourg, était le président du jury du concours d’administrateur de cette année. Il dresse pour La Gazette un bilan de la nouvelle promotion, et de son expérience ...

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Finances publiques

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.