Lagazette.fr

Publicité


0

Commentaire

Réagir
Imprimer

Fiche n° 1. L’évolution des finances publiques

Publié le 09/08/2011 • Mis à jour le 04/10/2013 • Par La Rédaction • dans : Concours

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

Les finances publiques ont évolué dans un triple cadre : politique, économique et financier. Dans chacun de ces trois cadres, on retrouve le clivage traditionnel qui oppose deux grandes catégories : les finances publiques classiques qui correspondent à la période allant de la Restauration à l’entre-deux-guerres et les finances publiques modernes correspondant à la période contemporaine.

Voir le sommaire Toutes les fiches de révision

Cet article fait partie du dossier

Les finances publiques 1 : les règles budgétaires

 
Partenaire de la rubrique

I – LE CADRE POLITIQUE

A – De l’Etat libéral à l’Etat providence

a) L’Etat libéral

Les finances publiques classiques se développent dans le cadre d’un Etat libéral, c’est-à-dire un Etat qui laisse le maximum de liberté aux particuliers sur le plan économique. C’est donc un Etat « minimalitaire » selon l’expression de Marcel Prélot.
En effet, de la Restauration à la Première Guerre mondiale l’Etat n’exerce que des compétences réduites. Celles qui manifestent classiquement la puissance régalienne :

  • les relations internationales par le canal de la diplomatie ou par le biais des armées ;
  • la sécurité intérieure grâce à la police et à la justice.

En bref, l’Etat libéral est un Etat gendarme. L’économie, la culture, le développement social tous ces secteurs sont laissés à l’initiative privée.

b) L’Etat providence

A partir de la guerre de 1914-1918, et à la suite de la grande crise de 1929, l’Etat va intervenir de plus en plus, dans le domaine économique comme dans le domaine social.
L’intervention de l’Etat se fera directement à travers les nationalisations dont les toutes premières sont liées à la guerre (les mines de potasse d’Alsace et les chemins de fer de l’Est).
Ensuite, plusieurs vagues se succéderont (1936, 1945, 1982). Mais c’est de manière indirecte que l’intervention se fera le plus souvent, c’est-à-dire par le biais de réglementations qui encadrent de plus en plus les activités économiques et sociales.

Toutefois, depuis une quinzaine d’années, la tendance semble s’inverser, dans un contexte de maîtrise des finances publiques, avec la multiplication des privatisations. La déréglementation est à l’ordre du jour.

B – La fin de la prépondérance parlementaire

Les finances publiques classiques correspondent à une période où le Parlement développe ses prérogatives face à l’exécutif et devient de plus en plus puissant.
Le droit budgétaire traduit cette puissance et la consacre. Mais cette prépondérance parlementaire va s’estomper et disparaître à l’époque moderne.

a) Les principes de droit budgétaire consacrent la puissance parlementaire

Deux grands types de principes vont voir le jour et contribueront au même but.

1° Les principes d’autorisation

Le budget est une autorisation de dépenses et de recettes donnée par le Parlement au gouvernement. Cette autorisation se transforme en pouvoir dès lors qu’elle est suffisamment précise. C’est pourquoi le principe de l’annualité va limiter l’autorisation dans le temps et le principe de la spécialité va limiter l’autorisation dans son objet : les dépenses sont précisées dans des chapitres budgétaires.

[...]

Réservé aux abonnés

S'abonner

Lire le texte intégral de la Fiche n° 1 - L'évolution des finances publiques

Testez vos connaissances : répondez au quizz !

Haut de page

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

Mots-clés

Thèmes abordés Finances publiques