Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme de l'Etat

Pour le Sénat, la RGPP doit prendre en compte le besoin de proximité

Publié le 28/06/2011 • Par Aurélien Hélias • dans : Dossiers d'actualité, France

Sans condamner une politique qu’elle estime nécessaire pour poursuivre la réforme de l’Etat, la mission d’information sur les conséquences de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) pour les collectivités locales appelle, dans son rapport, à en « corriger les effets indésirables » en prenant mieux en compte « le besoin de proximité ».

Cet article fait partie du dossier

RGPP : quels effets pour les collectivités ?

« Nécessité de conduire cette politique différemment », « mieux associer les acteurs locaux », « piloter cette politique avec un peu plus de finesse »… A l’heure de présenter le rapport de la mission sénatoriale d’information sur les conséquences de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) pour les collectivités locales et les services publics locaux, le sénateur Dominique de Legge (UMP, Ille-et-Vilaine) a multiplié les formules diplomatiques pour souhaiter, non une « pause » dans la RGPP comme le réclame l’opposition, mais une « adaptation ».

Introduire « une dimension territoriale » – Aux rayon des satisfactions, le rapporteur cite  :

  • la fusion des trésoreries et des services fiscaux, ce qui va « dans le bon sens »,
  • la création des Direccte, « une piste intéressante »,
  • ou la dématérialisation, « bien avancée ».

Quant aux difficultés énumérées par le sénateur, elles sont nombreuses.
La mesure la plus emblématique de la RGPP, le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux, n’est pas épargnée : « les économies intervenaient jusqu’ici sur les fonctions support. Avec la poursuite du un sur deux, cela finira par toucher les services opérationnels, que ce soit sur la sécurité ou sur l’éducation », craint-il. Quelques jours après l’annonce du chef de l’Etat d’instaurer un moratoire sur les non-remplacements dans les écoles primaires, mais seulement pour la rentrée 2012, le rappel n’est pas anodin. Et rejoint une observation qui ne se cantonne pas à l’éducation : « la poursuite de la RGPP ne peut se faire de façon uniforme, quelles que soient les politiques conduites. Il faut y intégrer une dimension territoriale », insiste Dominique de Legge.

Enoncer et compenser tout transfert – C’est d’abord le cas pour l’ensemble des territoires qui ont subi de manière concomitante la réforme de diverses cartes : militaire, sanitaire, judiciaire et de sécurité.
Des réformes mises en œuvre « sans considération pour l’aménagement du territoire » et ayant « obéi à une logique « en silos ».
Pour contrecarrer les effets négatifs au niveau local, le sénateur demande que « la Datar puisse être mobilisée sur les autres cartes que celle de la défense », mais aussi que « les compensations soient effectives et inscrites dans la durée».

Le constat de l’abandon de l’assistance à l’ingénierie publique rejoint cette requête : « il n’y a pas forcément d’inconvénient majeur à ce que l’Etat n’assure plus des missions d’assistance, mais il faut alors le dire clairement et donner aux départements, EPCI ou communes les moyens, y compris financiers, de mener ces missions », assène le sénateur.
Un constat partagé par le président PS de la mission d’information François Patriat (Côte-d’Or) qui souligne que « parfois, l’Etat abandonne ses missions sans le dire, comme l’ingénierie publique. Résultat : des transferts se font sans compensation », regrette-t-il.

Réanimer le sous-préfet – Autre constat du rapporteur : la confusion des rôles au niveau déconcentré, « entre les préfets de département et les préfets de région : on ne sait plus à quel niveau sont rendus les arbitrages », déplore-t-il.
Face à « de élus qui ont besoin de sécurité dans leurs actes juridiques », la mission d’information souhaite plus que jamais réaffirmer le rôle du sous-préfet « comme représentant interministériel, interlocuteur de proximité et conseil en ingénierie des collectivités ».

La mission regrette par ailleurs qu’alors « que le choix a été celui de [favoriser] la région, la RGPP reste menée en tuyaux d’orgues, ministère par ministère. Il y a peu de coordination entre eux et il appartient aux préfets de région d’avoir une logique horizontale. D’où un certain télescopage », regrette le maire du Pertre, évoquant la création « d’un programme budgétaire territorial, décliné en BOP [Budgets opérationnels de programme] par région, afin de rendre plus effective la gestion interministérielle des crédits au niveau déconcentré ».

Dématérialiser sans déshumaniser – Enfin, une grande partie des 49 propositions du rapport est consacrée au recours accru des administrations déconcentrées aux NTIC. Si la mission approuve l’usage de la dématérialisation, « source de simplification pour les usagers », elle n’en retient pas moins les inconvénients, dont les charges nouvelles qui en résultent pour les communes, que ce soit dans les échanges dématérialisés avec l’Etat ou dans les missions qui leur sont confiées pour la délivrance des titres.
La mission réclame une étude d’impact sur les avantages et inconvénients de ce recours généralisé aux NTIC et une meilleure compensation des charges qui en résultent au sein des différentes dotations. Sans oublier des modules de formation à ces outils destinés aux secrétaires de mairie, tant plane selon elle le risque d’une administration dématérialisée « déshumanisée ».

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Pour le Sénat, la RGPP doit prendre en compte le besoin de proximité

Votre e-mail ne sera pas publié

LOLO

29/06/2011 02h29

Bonjour,
Concernant la RGPP, comment se fait-il que l’on ne cherche pas à faire des économies sur le coût de fonctionnement des…élus ! Président de telle ou telle commission, suppléant de …A quand l’analyse des dépenses de tout ce petit monde qui cumul les postes, les rémunérations, les avantages en nature et les retraites A VIE !? Bien entendu, les élus sont indispensables, mais quand on voit au plus haut de l’état des annonces d’un gouvernement « resserré » en période électorale, qui se transforme en la création de secrétaires d’état en veux-tu en voilà..Tout cela accompagné d’une augmentation des émoluments de chacun ! Que savent les administrés des actions effectives des élus ? Je travaille dans une collectivités, pourtant à taille humaine, et croyez-moi, la population est (parfois) manipulée et loin de pouvoir comparer actions/rémunérations. Nous n’avons pas eu le choix concernant le remplacement d’un fonctionnaire sur deux, en revanche, que de magouilles concernant la réforme des collectivités territoriales ! Et oui, ce sera peut-être terminé les mandats de maire+président du CG+vice-président de l’agglomération, président du CCAS, de la caisse des écoles, de la commission de X, et j’en passe…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X