Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

voirie

Route Centre Europe-Atlantique : la Saône-et-Loire dépose un contre-projet

Publié le 17/06/2011 • Par Alexandra Caccivio • dans : Régions

A quelques jours de la décision de la ministre des Transports quant à l’avenir de la RCEA, le conseil général lui a remis un contre-projet qui défend la gratuité de cette route.

La route Centre Europe-Atlantique (RCEA) sera-t-elle placée sous concession privée ? C’est la question que doit trancher, d’ici à la fin du mois de juin, Nathalie Kosciusko-Morizet.
La ministre de l’Ecologie, du développement durable, des transports et du logement prendra sa décision sur la base du débat public organisé cet hiver en Saône-et-Loire et dans l’Allier.
Elle disposera également d’un document qu’elle n’attendait pas : un contre-projet, élaboré par le conseil général de Saône-et-Loire, qui défend la gratuité de la RCEA grâce à un plan de financement actionnant un nouveau levier : l’écotaxe qui, à compter de 2013, sera versée par les poids lourds.

La RCEA, qui fait partie des axes structurants que l’Etat n’a pas transférés, relie la façade ouest de la France à l’est de l’Europe. En Saône-et-Loire, où elle s’étend sur 150 km construits il y a une cinquantaine d’années, la RCEA voit transiter jusqu’à 25 000 véhicules par jour (dont 40 % de poids lourds). Elle est devenue l’une des routes les plus meurtrières de France.

Plusieurs centaines de millions d’euros sont aujourd’hui nécessaires pour la sécuriser en la portant, sur tout le parcours, à 2×2 voies. Le chantier, qui a débuté dès les années 90, n’est aujourd’hui toujours pas achevé, pour des raisons purement économiques que Dominique Bussereau, l’ancien ministre de l’Equipement et des transports, s’est proposé de lever dès 2009 par la privatisation de la branche sud de cette route, entre Mâcon et Montmarault.

550 millions d’euros maximum – Dans son contre-projet de 20 pages remis à la ministre, le département propose une alternative qui garantirait une route gratuite à l’horizon 2017.
Il chiffre le coût de l’investissement à 550 millions d’euros maximum (sur la base du coût observé à la construction des derniers tronçons qu’il a majoré de 10 %).
Une somme inférieure aux chiffres avancés par l’Etat.

Le financement, par le biais d’un emprunt qui sera remboursé par la perception de l’écotaxe, reçoit l’assentiment de nombre d’élus, en Saône-et-Loire.
A commencer par celui du député Gérard Voisin, qui est également le secrétaire national de l’UMP en charge des politiques européennes des transports.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Route Centre Europe-Atlantique : la Saône-et-Loire dépose un contre-projet

Votre e-mail ne sera pas publié

ugottale

10/12/2011 09h33

toutes les autoroutes à 2fois2 voies ou plus , constituant le réseau maillé d’intérêt national , devraient être entretenues par des entreprises privées qui ont compris dès 1955 , la nécessité d’avoir les centres d’entretien tous les 60 à 100 kms par mesure de sécutité et d’efficacité !…..car il est loisible de constater que les tronçons d’autoroutes à
2 fois 2 voies entretenus par le personnel du ministère , sont dans un état souvent déplorable ! le personnel n’est pas en cause , il a une haute technicité mais il n’a jamais les moyens d’entretien suffisants parce que tous les ministères produisent leur propre inertie , alors que leur vocation doit être de fixer les normes de construction de sécurité et d’entretien , sans la gestion trop conservatrice des personnels , notamment d’exécution ! et les hauts fonctionnaires , les « A » et les « B » , doivent avoir les moyens nécessaires pour atteindre les objectifs politiques avec une information honnête concernant les problèmes de sécurité pour ne pas assister au folklore gouvernemental à géométrie variable qui discrédite les nouvelles mesures !
les tarifs de péage doivent être les mêmes partout , y compris sur les tronçons actuellement gratuits , car ce qui est gratuit ne vaut rien , l’époque où les automobilistes prenaient l’autoroute en fonction du tarif est révolu , les tarifs doivent être calculés globalement sur tout le territoire français !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X