Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Démographie médicale

Afflux de médecins étrangers dans les zones rurales

Publié le 15/06/2011 • Par Catherine Maisonneuve • dans : France

Les zones rurales ont de plus en plus besoin de médecins étrangers, d'après les chiffres publiés dans l' Atlas 2011 de la démographie médicale rendu public le 15 juin 2011

1 404 médecins étrangers se sont inscrits à l’Ordre des médecins en 2010 soit près d’un quart du total (5 392), selon l’Atlas 2011 de la démographie médicale, rendu public mardi 14 juin 2011 par le conseil national de l’Ordre des médecins.
Un 1/3 viennent de Roumanie et 1/4 du Maghreb.
Ils exercent dans des zones rurales à faible densité médicale, comme en Picardie (44 %) ou en Champagne-Ardenne (39 %).
Dans l’Yonne, 100 % des nouveaux médecins sont étrangers.

Part des diplômes européens et extra-européens : part des médecins nouvellement inscrits

38% des médecins diplômés d’une région partent – Cet afflux de médecins étrangers dans les zones rurales françaises a conduit l’Ordre à analyser, pour la 1ère fois, les flux migratoires (franco-français, eux) entre la faculté où le médecin s’est formé et le lieu où il s’est inscrit à l’Ordre.
Ce qui permet d’identifier les zones géographiques attractives, celles qui forment les médecins et les conservent… et les autres.

En moyenne, 62 % des médecins diplômés d’une région y restent pour exercer leur profession.
Toutefois, on peut constater que les régions à faible densité médicale rencontrent des difficultés à garder les médecins qui s’y sont formés.
Par exemple, la région Bourgogne ne conserve que 47 % des médecins diplômés contre 77 % pour la région Franche-Comté.

Enfin, les départements qui ont une faculté de médecine ont la particularité de conserver les médecins qui s’y sont formés.

La part des médecins nouvellement inscrits dans leur région de formation

L’Atlas 2011 souligne l’écart croissant entre  :

  • l’évolution du nombre de médecins nouvellement inscrits (+ 2,5 % en un an soit 5 392)
  • et celle des médecins sortants (+ 11,2 % en un an, soit 4 310 médecins),
  • sur un total de 264 466 médecins inscrits.

Si le solde reste encore positif, il confirme que le vieillissement des médecins (51,4 ans) s’accentue, et que l’activité libérale reste peu attractive auprès des nouvelles générations de médecins :

  • Parmi les 5 392 médecins nouvellement inscrits 70 % privilégient l’exercice salarial
  • tandis que seulement 9,4 % ont choisi un mode d’exercice libéral.
  • Et sur ces 9,4 %, même pas un 1/4 ont fait le choix de s’installer en zones rurales.

Le recours aux médecins étrangers va vite se révéler pour elles l’unique planche de salut…

Thèmes abordés

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Afflux de médecins étrangers dans les zones rurales

Votre e-mail ne sera pas publié

trape

15/06/2011 09h37

Sans oublier de dire que, certains médecins étrangers retournent chez eux ou ne restentpas dans des zones rurales, malgré les conditions initiales attractives. La médecine moderne est spécialisée et para-clinique, ce qui estloin d’être facile en zones rurales, loin des CHU.

andré

15/06/2011 09h39

Pendant ce temps des milliers de nos jeunes qui auraient fait de très bons médecins se font rétamer au concours de première année avec 12 de moyenne .On est obligé de faire venir de l’étranger des gens moins bien formés pendant que nos enfants galèrent.idem pour les kinés , infirmières …
on marche vraiment sur la tête.Nous devrons affronter leur mépris dans quelques années , mais les vrais responsables seront malheureusement intouchables.
Dommage qu’on ne puisse pas délocaliser la co…nerie !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X