Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Roms

A Saint-Denis, les élus mettent la pression sur la préfecture

Publié le 09/06/2011 • Par Olivier Berthelin • dans : Régions

La ville de Saint-Denis, la communauté de communes de Plaine commune et les associations des familles Roms installées sur des terrains municipaux ont, le 7 juin 2011, annoncé le lancement d’un programme de 65 logements provisoires. Mais la préfecture, elle, a émis des Obligations de quitter le territoire, fragilisant les possibilités d'insertion des familles Roms.

En annonçant le 7 juin 2011 un programme de 65 logements provisoires pour des familles Roms, la commune de Saint-Denis tend la main aux services de l’Etat. Pour que cette opération, ayant pour objectif de faire passer 200 personnes de bidonvilles à des logements de droits communs puisse aboutir, la commune ne peut se passer de l’aide de la préfecture.
Sans régularisation des situations administratives et sans permis de travail, les démarches d’insertions sont vouées à l’échec.

Divergences avec la préfecture – Tout dépend donc du bon vouloir de Christian Lambert, préfet de Seine-Saint-Denis qui, ces derniers mois, a affiché son désaccord avec les communes solidaires de familles Roms en difficulté.
Il a récemment fait distribuer des obligations à quitter le territoire français (OQTF) a des membres de familles Roms accompagnées par la commune.
Cette action qui légalement et pratiquement a peu de chance de déboucher sur des reconduites à la frontière sans retours a néanmoins fragilisé les relations de confiance que la municipalité tente d’établir avec les familles associées à ce projet de logements provisoires.

Soutenus par des associations Rroms lors de la conférence de presse du 7 juin, les élus de Saint-Denis et de Plaine Commune envisagent de rencontrer dans les prochains jours, le préfet Lambert. Quel sera l’attitude du haut fonctionnaire ?
Il vient de bénéficier d’une loi promulguée en urgence le 31 mai, lui permettant de rester en poste pendant deux ans, bien qu’il ait atteint l’âge de la retraite. Il aura ainsi l’occasion de soutenir, ou de combattre, ce projet évalué à 4 millions d’euros qui doit se mettre en place d’ici à 2012. Il peut en effet légitimement refuser des dérogations aux mesures transitoires qui limitent l’accès à l’emploi de ressortissants Roumains, encourageant ainsi la pratique d’activités économiques marginales qu’il a le devoir de réprimer.

Un projet original, écologique, social et participatif – Engagé, suite à l’expulsion le 6 juillet 2010, de familles installées depuis 10 ans sur le site du Hanul, le projet murit par les intéressés, la commune de Saint-Denis et l’intercommunalité présente plusieurs aspects originaux.

Dans son principe, il se distingue des expériences des villages d’insertions déjà menées en Seine-Saint-Denis. L’accompagnement social privilégie les problématiques d’emploi et de formation, considérées comme étant les principaux freins à l’insertion.
Il s’agit de sortir d’une logique de campement précaire par la construction de logements en bois de 35 mètres carrés permettant des conditions de vie acceptables le temps nécessaire à l’insertion économique des familles. Ces constructions légères, à la conception desquelles les familles ont été associées, ne sont ni des mobiles-homes ni des caravanes, mais n’ont pas vocation à devenir permanentes.

La ville et la communauté de communes mettent chacune un terrain à disposition jusqu’en 2012 ; elles espèrent que l’Etat fera de même. A l’issue de l’opération, les chalets pourront être démontés et éventuellement réutilisés pour d’autres opérations d’insertion dédiées à d’autres publics en difficulté.

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

A Saint-Denis, les élus mettent la pression sur la préfecture

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X